Quelques impressions du site philosophie et spiritualité

Merci de tout cœur à tous ceux qui nous ont fait part de leurs remarques. N'hésitez pas tant sur le fond, que sur la forme, à nous faire part de votre avis. Les techniciens sont bienvenus.  Je suis très sincèrement désolé de la présence de fautes d'orthographe dans le texte. Nous travaillons aux révisions.

page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 , 10, 11, 1213, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24... page 50.


J’aime beaucoup vos cours, je vous suis depuis plusieurs années et j’ai étudié un certain nombre de vos recueils.

Je suis notamment en train de relire celui concernant l’inconscient. Et il y a quelques temps, j’avais aussi lu celui concernant l’illusion. Et les deux fois, je me suis fait -entre autre- cette même remarque : Comment se fit-il que Serge Carfantan, qui présente une telle ouverture d’esprit et qui a fait tant de recherches sur des sujets parfois considérés comme « limites » dans un cadre universitaire « mainstream » (les NDE, les chakras, la synchronicité, la pensée orientale, etc., sans compter que vous faites partie des philosophes qui semblent avoir VRAIMENT lu C.G. Jung, et non, qui se contentent de l’écarter d’un geste méprisant comme un « simple mystique », ce qui est méritoire en France…), donc comment se fait-il que vous n’ayez jamais traité cet autre sujet « limite », pourtant étudié de façon tout à fait scientifique aujourd’hui dans les laboratoires de psychologie, qu’est le rêve lucide ?... Car lorsque vous parlez du rêve nocturne -du moins pour ce qui concerne les leçons que j’ai lues- vous avez tendance à l’appréhender toujours sous le même angle : la « conscience » (celle du sujet authentique) disparaît, même si une forme de conscience subsiste (sans quoi on ne se rappellerait pas d’avoir rêvé), et l’illusion constituée par le rêve n’est jamais démasquée comme telle par le sujet rêvant.

Mais lorsque vous dites ça, vous parlez en fait du rêve ordinaire, qui possède notamment deux caractéristiques : 1° Le sujet n’a pas conscience de rêver, 2° la remémoration d’un tel rêve est toujours imparfaite au réveil, ce qui signifie qu’on ne peut en réalité savoir, en l’état, si le rêve était aussi chaotique qu’il paraît, et quelle était la qualité réelle de notre expérience onirique (notamment sur le plan sensoriel). On confond souvent le souvenir du rêve -nécessairement fragmentaire et altéré- avec l’expérience onirique elle-même -à laquelle on n’a justement plus accès. La même différence existe, si on y réfléchit, entre une expérience vécue au présent (extrêmement riche, complexe, sur les plans sensoriel et psychologique), et le souvenir de cette même expérience, ranimé ultérieurement, qui est toujours très appauvri et incomplet. Nos souvenirs ne sont en règle générale qu’une pâle copie de ce que nous avons vraiment vécu -à une exception près : le souvenir « corporel », le fait de revivre les choses, à la faveur de la mémoire du corps, et non de s’en souvenir seulement mentalement. Mais il s’agit d’une forme de remémoration assez rare, qu’il faut susciter volontairement (notamment dans des cadres thérapeutiques : thérapie primale, rebirthing, hypnose, etc…).

Mais outre ces quelques remarques que l’on peut faire au sujet du rêve ordinaire, il y a aussi la « révolution copernicienne » vécue par celui qui fait ce qu’on appelle un rêve lucide (et si j’en parle, c’est parce que ça m’est arrivé). Au point qu’il y a des fois où je me dis : « quel dommage que Serge Carfantan ne se soit apparemment jamais retrouvé à expérimenter un rêve lucide, parce que là, il y a vraiment de quoi donner à penser à un philosophe pour un moment ! »... Je précise qu’il y a une différence entre lire des témoignages de personnes ayant vécu ce type d’expérience (et elles sont nombreuses) et le vivre soi-même. Car il n’y a que lorsqu’on le vit soi-même que l’on peut vraiment mesurer, par expérience directe, à quel point il n’y strictement AUCUNE différence, en matière de qualité perceptuelle, entre le rêve lucide et la réalité. Et on y présente, qui plus est, une conscience de soi intacte.

Pour vous donner un exemple personnel concret : lors d’un rêve lucide spontané (je ne contrôle pas ce genre de phénomène, mais ça m’arrive parfois), je m’étais retrouvée dans une grande ville de province, qui me faisait un peu penser à Saumur. Je me trouvais debout au milieu d’une rue, à observer les gens passer. Et en même temps, j’avais une conscience parfaitement lucide du fait que je me trouvais au même moment dans mon lit, et donc que j’étais en train de rêver ; je me souvenais aussi parfaitement de qui j’étais, de mon histoire (donc ma conscience était tout à fait similaire à ma conscience de veille). Et comme le réalisme de ce qui m’entourait me sidérait, je me suis même approchée de la façade d’un bâtiment : j’ai frotté mon index contre la pierre calcaire de cet immeuble, pour constater que le réalisme dans le détail de ce rêve était tel qu’une fine poussière blanche se déposait sur le bout de mon doigt, comme dans la réalité. J’ai parlé à des gens, aussi (notamment pour demander mon chemin), qui ont eu un comportement parfaitement conforme à ce qu’il est en général dans la réalité. D’ailleurs, lorsque j’ai vu ça, j’ai même repensé à l’un des extraits du film Matrix (que je me souvenais donc parfaitement avoir vu), celui où Morpheus demande à Neo : « Si tu ne parvenais jamais à sortir de ce rêve, comment parviendrais-tu à le distinguer de la réalité ? » (ma mémoire était donc vraiment excellente, dans ce rêve, aussi précise que dans la réalité). Eh bien, force m’a été d’admettre à ce moment-là, alors que je me trouvais plantée au beau milieu de cette ville onirique, en pleine lucidité, que je n’aurais été fichue de faire la moindre différence… Sur le moment, ça fait presque peur, même !! Ca a un côté très angoissant. Parce qu’en plus on ne sait même pas comment se réveiller (le réveil se déclenche automatiquement à moment donné, mais ce n’est pas nous qui actionnons le « levier de commande » !).

Donc comme ça fait plusieurs fois que je lis, dans vos, des propos du genre « le rêve est une illusion ; dans le rêve la conscience est altérée, la conscience de veille disparaît », etc., j’avais envie d’attirer votre attention sur ce phénomène du rêve lucide, au cas où un jour vous auriez le temps de vous y pencher. Parce que je serais personnellement très intéressée d’avoir un jour votre avis sur la question…

En tout cas je vous remercie pour vos travaux, qui m’ont personnellement beaucoup apporté (et qui continuent !), et en particulier pour votre curiosité et votre grande ouverture d’esprit, très appréciables en France.

Bien cordialement,
Sandrine P.

    

suite

Bienvenue| Cours de philosophie| textes philsophiques| livre d'or| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
philosophie.spiritualite@gmail.com