Philosophie et spiritualité


Retour à la page d'accueil  

TPE, travaux personnels encadrés Aurore Foissac et Sylvain Cabanac

page 1, page 2, page 3, page 4, page 5, page 6.


LA REPRESENTATION DES MYTHES DANS L'ŒUVRE WAGNÉRIENNE.

 

 

INTRODUCTION.

 

Le XIX° siècle a été marqué par le mouvement romantique dans tous les domaines liés à l'art. La musique n'a donc pas échapper à cette règle et c'est avérée être le théâtre de nombre de création prônant l'exaltation des sentiments. Pourtant, quelques compositeurs ont intégrés dans ce style de musique des éléments nouveaux qui petit à petit ont bouleversé cet art. C'est ainsi que nous nous proposons d'étudier le cas de Richard Wagner, qui bien que très controversé lors des premières représentations de ses oeuvres, a révolutionné le monde de l'opéra. Nous allons donc nous intéresser au parcours étonnant de ce compositeur, et nous arrêter plus particulièrement sur deux de ses oeuvres majeures : Tannhäuser et Tristan und Isolde. Au travers de ce TPE, nous allons enfin mettre en relief les idées et pensées philosophiques que Wagner intégrait de manière régulière dans ses création, ainsi que les influences que le compositeur a subies et qui l'ont fait évoluer tant sur le plan idéologique que sur le plan musical.

De plus, nous nous sommes aperçu que ce s'inspirait régulièrement de mythes de diverses origines : comment ces grands mythes sont-ils représentés dans l'opéra wagnérien ?

 

 

 

I - RICHARD WAGNER, UN COMPOSITEUR REVOLUTIONAIRE

      A - Sa vie.

Richard Wagner est né le 22 mai 1813 à Leipzig, en Allemagne. Son père mourut peu de temps après sa naissance et sa mère ne tarda pas à se remarier avec l'acteur Ludwig Geyer ayant des aptitudes artistique très variées. Wagner fut donc élevé dans un environnement très artistiques notamment dans les domaines de la littérature et de la musique. Il fit ses études universitaires dans sa ville natale.

Entre 1833 et 1839, Wagner travailla dans différents opéras d'Allemagne, et fut chef des chœurs au théâtre de Würzburg, puis directeur musical à Magdeburg. C'est également durant cette même période qu'il réalisa son premier opéra : Les Fées dans le style romantique de Weber.

En 1936, il épousa l'actrice Mina Planer et se lança dans la composition de son premier grand opéra : Rienzi dans la ville de Riga où il vécut de 1837 à 1839.

Il s'installa alors à Paris où il écrivit le Vaisseau Fantôme et rencontra Franz Liszt avec qui il allait entretenir une grande amitié.

En 1942, il s'installa à Dresde. Il y écrivit en 1945 Tannhäuser, une vaste fresque romantique et historique durant le Moyen-Age allemand. Mais la musique de Wagner, trop novatrice et ambitieuse pour l'époque, fut mal comprise par le public. Seul son ami Franz Liszt le défendit et imposa son nouvel opéra, Lohengrin, à l'opéra de Weimar. Ce dernier avait en effet été rejeté par l'opéra de Dresdes qui craignait un nouvel échec.

En 1848, Wagner, impliqué dans le mouvement révolutionnaire, du fuir Dresdes et l'Allemagne. Il s'exila alors à Paris puis à Zurich où il commença l'ébauche des textes et des thèmes de L'anneau de Nibelung

En 1852, Wagner trouva refuge chez la famille Wesendonck, où il pu enfin travailler librement. Pourtant, au fil des jours, le compositeur et la femme d'Otto Wesendonck, Mathilde tombèrent amoureux l'un de l'autre. Cette aventure cessa cependant brutalement à cause de l'épouse légitime de Wagner qui poussa celui - ci à quitter la Suisse pour Venise en 1858. Il y écrivit son opéra Tristan und Isolde.

Commença alors pour le compositeur une vie d'errance. Il se rendit à Paris où il connut un échec retentissant lors de la représentation de Tannhäuser et regagna enfin l'Allemagne en 1861.

Sa situation reprit pourtant son essor lorsque le Roi Louis II de Bavière, un des ses fervents admirateurs, finança la représentation de Tristan und Isolde à Munich en 1865.

Dix ans plus tard, un théâtre uniquement consacré à l'œuvre wagnérienne, le Festspielhaus, fut construit à Bayreuth. Cosima, la fille de Listz avec qui Wagner avait eu trois enfants, devint sa femme.

En 1974, il acheva les quatre parties de l'Anneau de Nibelung composé de l'Or du Rhin, de la Walkyrie, de Siegfried et du Crépuscule des dieux.

Il partit alors à Venise afin de s'y soigner et c'est sur le Grand Canal qui lui avait inspiré Tristan und Isolde que le célèbre compositeur trouva la mort le 13 février 1883. Quelque temps plus tard sa villa de Bayreuth devint le lieu de pèlerinage de ses plus fervents admirateurs.

 

suite 

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| TPE| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations

E-mail :  philosophie.spiritualite@gmail.com