Fiches cinéma et philosophie   

Final fantasy   


 Notions:   art, imagination.

  Sur la virtualité et l'acteur

   Comment parler d'un film qui n'est pas exactement un film? De personnages qui ne sont pas des acteurs? Final fantasy est une bande dessinée réalisée avec toutes les ressources de l'imagerie 3D des jeux vidéo, au point que le réalisme permet d'éclipser les acteurs, tout en campant des personnages virtuels qui donnent le changent et singent le réel.

   Le monde des acteurs s'inquiète : il est possible, la démonstration est faites avec Final fantasy, de faire un film sans acteurs. Exit les cachets monumentaux dévolus aux stars. On peut créer de toutes pièces des héros qui ne seront pas payés. Une affiche de film sur laquelle il n'y a aucun nom ! L'analyse de final fantasy porte sur cette question du statut de l'acteur. Les héros de final fantasy sont des entités virtuelles, pas des êtres humains en chair et en os. Cela se sent. Aki est assez froide, trop lisse pour être vraie, pas très expressive au niveau du visage. Son compagnon d'arme est plus réussi, le visage est plus animé d'expressions. cela se compare bien plus facilement avec un jeu 3D qu'avec le réel. Surtout quand il y a des scènes de foule. On a beau faire, Aki est une belle image. Rien de plus. Très jolie, mais figée. Que l'on prenne le moindre figurant d'une série B : il aura plus de présence, de variété expressive qu'une seule de ces entités virtuelles qui manque singulièrement de présence et d'âme. La présence charnelle c'est tout de même bien plus qu'une image, même finement léchée et travaillée. Humain. Très humain. Ce décalage est flagrant : voyez une pièce de théâtre à la télévision. Franchement, c'est mauvais. Ce ne sera jamais la même émotion que la présence de l'acteur sur la scène. Il y a des acteurs dont la présence "pousse les murs", comme leur aura personnelle emplissait l'espace. Donc avec les images purifiées de toute existence humaine, on est encore en dessous. Il n'y a plus que l'image produite par l'imaginaire de dessinateurs. Au siècle dernier, Gordon Graig, dans l'art du théâtre, pensait pouvoir transformer l'acteur en une sorte de poupée transformable à souhait, modelable selon les désirs du metteur en scène. Un objet entre les mains de l'unique artiste en l'affaire, le metteur en scène jouant tout de même sur la partition d'un texte d'auteur. L'acteur vu  de cette manière est une sorte de zombie sorti du souffle d'un créateur, n'existant que par le texte qu'il porte, que par la volonté de celui qui l'ordonne, le texte devenant l'âme de l'acteur. Avec Final fantasy étrangement il y a convergence. L'acteur-objet est une simple représentation qui tend vers l'objectivité. L'acteur-virtuel est une pure image, qui mime au plus près la pure subjectivité de la vie.

    Je n'ai rien dit sur le fond de l'histoire de final fantasy. J'ai tort (cf mail reçu ci-dessous).  Désolé, mais je ne vois pas vraiment un message dans le scénario. Tout ce que nous pourrions en dire, nous aurions dit mieux au sujet du Cinquième élément de Luc Besson (Sauf qu'il y en a 8 éléments ici).   Pas assez de symbolique donc, pas assez de travail dans une perspective métaphysique, bien qu'il y ait une hypothèse de fond sur la Terre considérée comme un être vivant.

             Q : Je voulais répondre à la critique que vous avez émise concernant le film Final Fantasy, outre votre recherche pour la métaphysique, qui pourrais être grandement comblé, je me posais la question pourquoi êtes vous rester "bloqué" sur le fait que se film soit une animation sans acteur sans en percevoir le sens profond que celui-ci émet ? Voyez-vous j'avais quelques préjugés concernant ce genre de film, mais en voyant la fin du film, quel profond sentiment de reconnaissance envers l'auteur qui nous présente par ce film (oui film) la théorie de Gaïa. N'est-ce pas là un bon sujet métaphysique ? La Terre est t-elle vivante ? A t-elle une Ame ? En quoi trouver vous cela absurde ? Outre la tendance utopique Baba cool, ne trouverions nous pas ici réel respect de la nature, voire même comprendre ce qu'est réellement l'univers .. est t'il réagis par une harmonie, comme le fonctionnement de l'homme. Et on peu facilement trouver d'autre ouverture à ce film que je trouve, pour ma part, riche et fascinant.
Voila en vous remerciant,
Sédrick L.

          R. D'accord à 200 %!! Je reconnais avoir été trop dur sur le fond et en être trop resté à la forme. Ce sont des questions posées qui m'ont orienté vers cette lecture trop théorique, sur le statut de l'acteur. Effectivement, voir dans la Terre une être vivant, est une idée très profonde, très riche. En un mot : vraie. Cette idée que la Terre, parce qu'elle a une âme, pourrait envoyer comme des appels au secours dans les rêves des êtres humains est touchante. Pour rendre justice à cette hypothèse, j'ai rédigé déjà deux leçons qui approchent de très près le problème. Voyez La leçon sur L'idée de Nature et sur le respect de la Nature.  Je me demande si cela ne vaudrai pas la peine carrément de rédiger un cours sur l'hypothèse Gaia.


© Philosophie et spiritualité, 2002, Serge Carfantan.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes|
Fiche cinéma| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations

E-mail :  philosophie.spiritualite@gmail.com