1, 2, 34, 5, 67, 8, 9, 10, 11, 12, 13,  page 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58.... liste des pages.


La transformation de la conscience

Clémentine A.

La conscience existe sous plusieurs formes....on dit avoir conscience d'un problème....prendre conscience de... ou encore perdre conscience.....

Mais peut on parler de transformation de la conscience? On devrait plutôt parler de niveaux de conscience.

Car la conscience c'est un assemblage subtil de connaissances mais aussi d'instincts... L'instinct confronte l'homme et son inconscient....il fait alors apparaître ses désirs refoulés alors que les connaissances apportent une maîtrise des pulsions

Serge C.

   Il faut éviter de tout mélanger. Il y a la conscience morale qui se traduit par l'évaluation en bien/mal de l'action, le jugement et toute la suite des conséquences : remords, angoisse du choix, honte etc. Il y a la conscience psychologique qui est l'état de veille, qui est communément la vigilance. Dans la vigilance, la conscience est dans un état particulier, elle est dans l'état de veille qui diffère entièrement par ses caractéristique du rêve ou du sommeil profond. La vigilance est surtout une attention tournée au dehors : il faut faire attention ! Rester sur le qui-vive ! Elle est naturellement extravertie, tournée vers l'objet. Ce qui implique que la vigilance commune comporte aussi un oubli de soi. Ce qui nous intéresse sur ce forum, c'est de savoir s'il est possible que la conscience s'éveille au sein de la vigilance à une plus haute lucidité. C'est non seulement possible, mais tout à fait accessible et les perspectives qui s'ouvre alors sont considérables. Nous parlons de transformation de la conscience, car il y a un travail possible sur la quasi-somnolence ordinaire qui est notre vie, sur notre prétendue vigilance.

   Cela va comme cela la réponse? Pour ce qui est de l'instinct, de l'inconscient, parlons de l'expérience directe, évitons de déraper dans des théories. Avez-vous une seule expérience personnelle précise de ce que vous nommez inconscient? De la pulsion? Si nous en restons à des théories genre théorie freudienne, nous en restons à une connaissance de seconde main, à du ouï-dire. Cela peut marcher dans le domaine de la physique et des sciences, mais cela n'a aucun sens pour ce qui est de la conscience.

Irène B.

   Je voulais vous demander si le fait de rechercher le confort , d'acquérir des biens matériels était une manière de "prouver" son existence, de se rassurer, que sais-je encore ? quand on a recherché une forme de spiritualité ou un niveau de conscience toute sa vie, quand on n'est jamais arrivé à se positionner par rapport à ses proches, ses collègues, le Monde, les événements.....et qu'on n'a rien trouvé... enfin c'est du moins l'impression qu'il en ressort.
Vous savez ce que je ressens actuellement ? le Vide ! la vacuité totale ! puis finalement je m'y sens pas si mal que cela, je trouve que tout est futile et j'aime bien "perdre mon temps" pour des activités sans importance.....Un "éminent" penseur m'a dit que le fait de rechercher le confort matériel était un moyen de satisfaire son ego... on en revient toujours à ça ... l'ego !
   Une autre manière de reposer la question d'Eric H !
 

Philippe D.

   L'importance que nous accordons au confort, à l'acquisition des bien a un sens dans les profondeurs de la conscience et le plus souvent effectivement, c'est une façon de se rassurer. Nous faisons beaucoup d'effort pour nous convaincre que notre vie est tout à fait comme il faut, que nous sommes quelqu'un qui a réussi et tout le tralala de ce type. Mais au fond de l'âme, il y a le sentiment de vide et un jour, entouré de tout ce qu'il faut, on est devant sa misère intérieure. Mais enfin, tu as tout pour être heureux!!! C'est quoi le "tout" dont le soi à besoin? Et si c'était son propre Tout, sa propre plénitude?

   Et c'est là justement que les choses se renversent, car la plénitude du Soi, c'est la Vacuité sans objet, Cela que je porte en moi, que je porte partout, et qui n'a rien à voir avec mon sac Versace, ma maison de campagne, mon compte en banque, mon coin de soleil à Saint Barth' ou autre. Être un flux libre, un mouvement de la Vie qui ne transporte pas de poids donne une sacrée liberté ! Sentir à chaque instant que l'on pourrait tout lâcher et partir, parce que la Vie est un mouvement libre et sans attache.  Une liberté Sacrée. Et c'est peut-être effectivement qu'alors on se dit que la recherche de la sécurité dans les choses est un processus qui appartient seulement à l'ego.

suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com