1, 2, 34, 5, 67, 8, 9,11, 12, 1314, 15. page 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58.


La transformation de la conscience

Alena B (suite)*

   Les grandes questions existentielles( d'où vient l'ordre superbe de l'Univers? Qu'est ce que l'Infini? Où naissent nos pensées? Peut-on connaître l'esprit? Y a t il Une Vérité ? Pourquoi sommes nous ignorants et de surcroît ignorants de l'être? La Création ex-nihilo? Le Temps, les cycles, les saisons, les facettes innombrables et merveilleuses du déploiement de la Vie, les galaxies, l'infiniment petit, ........) ces questions m'ont toujours habitée et j'observe mes congénères avec l'étonnement de leurs préoccupations habituelles qui prennent toute la place dans leurs pensées et excluent ces questions, vaines pour l'agnostique, résolues par la foi pour le croyant, et inexistantes pour le quidam.
   Le chercheur spirituel est obstiné car il veut apprendre, comprendre, évoluer, s'élever, se perfectionner, et derrière les réponses qu'il trouve parfois, se cachent des écueils, et aussi d'autres questions. Au fur et à mesure de sa progression, il voit les autres qui stagnent dans leur ignorance, qui y croupissent même et rejettent leurs maux sur la faute à pas de chance, les autres, la société, la politique, que sais-je encore...(oh là là, c'est pas très gentil ce que je dis là), il voudrait tant qu'ils cherchent à s'élever aussi, à transformer leur conscience, à chasser de leur esprit l'avidité et l'aversion qui sous-tendent leurs agissements.. Mais il ne peut donner à chacun qu'à la mesure de sa faim sinon il les gave... et puis il n'en est qu'au début de la transformation de sa conscience lui même, alors... l'humilité doit être sa plus fidèle compagne sur la voie de l'Eveil... et ensemble ils rencontreront la Compassion et l'Amour.
   Le Monde n'a pas vraiment changé mais c'est, je crois, la transformation de la conscience qui change notre regard sur lui. C'est aussi une chance inouïe que de prendre conscience de l'ignorance fondamentale ( rien à voir avec le savoir ou la culture...) et de chercher à en sortir. Cette transformation de la conscience, cette métanoïa, me semble une chance incroyable pour le devenir de l'humanité, mais c'est vrai que c'est un chemin de patience, de persévérance... et qu'on ne chasse pas du jour au lendemain les ténèbres qui nous obscurcissent la vue, l'esprit et le cœur, et dans laquelle on peut se complaire douillettement.... En tout cas, l'existence de ce site** ne peut qu'emplir de gratitude le cœur de celui qui ouvre sa sensibilité et œuvre pour la transformation de sa conscience.

Philippe D

   Il y a un passage dans votre communication qui me retient. C'est ce qui est dit au sujet du chercheur spirituel. Avec les meilleures intentions du monde, on peut très bien devenir tout de même, par étroitesse d'esprit, une sorte de fanatique. Je m'enthousiasme pour la culture bio... hop, je devient critique, sectaire, agressif, méprisant pour tous ces abrutis qui vont se nourrir au supermarché ! Je commence un programme de yoga avec un maître compétent... hop je devient mesquin, hautain vis-à-vis de tous ces ignorants qui ne pratiquent pas le yoga etc. La liste serait longue. On peut y mettre toute démarche spirituelle. C'est ce qui se passe à partir du moment ou l'ego s'invente un nouveau personnage qui n'a pas encore été démasqué, l'ego "spirituel", l'ego qui est plein de suffisance avec ce nouveau pain béni pour sa volonté de puissance ! C'est un piège commun. Le contresens de fond, c'est qu'il n'y a pas d'ego "spirituel", que la transformation de la conscience, c'est mais moins d'ego, plus d'effacement de l'ego. La lucidité ne met personne sur un piédestal à partir duquel il pourrait condamner tous ceux qui ne sont pas à sa hauteur. Plus de conscience, c'est aussi, plus de proximité, se sentir humain, simplement humain parmi les humain. Plus de simplicité.

Serge C.

   Il y a une jolie anecdote : on raconte (Epictète) que quand un étranger se présentait à Athènes pour rencontrer des philosophes, Socrate le prenait par la main pour le conduire vers A ou B. Suffisamment humble pour s'oublier complètement lui-même et ne pas s'afficher en "philosophe". L'identité de "chercheur spirituel" possède la même ambiguïté au fond.

Philippe D.

   C'est tout de même assez curieux, car le mot est bien choisi : "chercheur", ce n'est pas "savant", c'est plus modeste. "spirituel", de même, ce n'est pas quelque chose dont je puisse faire un étalage, ni même que je puisse m'approprier en propre et revendiquer comme "mien" au sens égocentrique du terme. Le "spirituel" n'est pas un marché (où on vend des pratiques) avec des "parts de marché" que l'on pourrait découper en autant d'entreprises concurrentes (les sectes et les religions). L'essence de l'esprit ne peut pas se découper en tranches, ni ne se réduit à une pratique, où à un mouvement. Cela appartient à tous car c'est justement l'universel en chacun.

   Maintenant, la question de ce regard différent sur un Monde qui est le même. Il y a le regard de la vigilance ordinaire, étroit, limité, intéressé partiellement et la vision qui va avec. Il y a l'ouverture du regard d'une conscience plus élargie. Changer le regard ne modifie pas magiquement le Monde. La formule peut paraître un peu quiétiste, dire "de toutes façons, ce monde, il ne changera pas, alors soyez zen et flottez au-dessus en vous ne fichant éperdument !", auquel cas, la spiritualité serait affaire de gentils tranquillisants pour se mettre dans une bulle de bonheur céleste. Non, non. Le changement même de regard affecte cela même qui est regardé. Si une conversion du regard peut opérer dans la conscience, elle drainera avec elle la conscience élargie. S'il se produisait une mutation radicale de la conscience, cela engendrerait une mutation  radicale du monde. De toute manière notre monde est le reflet de ce que nous sommes.

Serge C.

    Le mot métanoïa  est très joli. Ce serait un plaisir de l'employer, mai sil faudrait que la résonance intérieure du mot puisse être éclairante. Sinon on va partir dans l'ésotérisme. Nous préférons un langage plus simple sur le site, de sorte que les mots soient toujours habités pas le vécu de celui qui les prononce et soient partagés. Mais sur le fond, tout ce qui est dit plus haut sonne très juste. Ce qui est frappant dans l'intervention d'Elena, le semble se retrouver aussi dans bien d'autres communications ou il est manifeste que la compréhension en profondeur de la conscience est déjà très présente. J'ai presque envie de dire que ce n'est pas individuel et que cela est porté dans l'intelligence collective qui est parvenue il me semble à une certaine maturité. Il y a quelques années seulement, parler de cela, c'était comme débarquer sur Terre en venant d'une autre planète, parlant un langage incompréhensible.

suite

*  Serge C (notes)

Toutes mes excuses pour la publication tardive de cette intervention, mais elle est parvenue en pièces jointes, et de justesse, elle n'a pas été détruite. Le site étant actuellement bombardé de messages avec virus, nous n'ouvrons plus les pièces jointes. SVP, mettre vos communications directement dans le texte du mail. Seuls les élèves suivis et les familiers du site voient leurs pièces jointes ouvertes.

** Il est rappelé aux lecteurs que ce forum est d'une ambition très modeste, au sens où il est moins réactif en vitesse par rapport aux forums ordinaires. Nous prenons notre temps. Ce sont des lettres d'amis, plutôt que des échanges instantanés très rapides.

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com