1, 2, 34, 5, 67, 8, 9,10,  11, 12, 1314, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, page 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58... liste des pages.


La transformation de la conscience

Johnny M.

   Si l’on s’accorde sur l’inexistence (illusion) du relatif, on s’accorde par la même sur l’inexistence de l’absolu car ils forment une paire ; cet absolu maintes fois revendiqué ici comme étant le vrai. Pour m’exprimer plus clairement : l’ego ce n’est que de l’ego sous un regard égoïste, mais cela devient conscience sous un regard « conscienciste ». C'est-à-dire, aucune réalité, ni la plus haute, ni la plus basse n'est statique, donc n’ont pas de limites définitives. Ainsi, certes l’ego peut-être une limite comme la conscience, la lucidité et tout se qui se place dans ce relatif indéniable.

Philippe D.

   Là encore, il faudrait reformuler très clairement, dis autrement : par relatif nous pouvons entendre ce qui entre dans l'espace, le temps et la causalité, ce qui vient et puis s'en va. Le relatif est le champ du changement incessant, le domaine du devenir et de la limite. Par absolu nous pouvons entendre ce qui reste identiquement le même, parce que n'entrant pas dans le temps, ce qui ne saurait être limité ni par l'espace, ni par la causalité. L'absolu est le toujours, de l'expression du relatif qui dit que tout change et tout change toujours. L'absolu et le relatif vont ensemble et pourtant paraissent inconciliables. Nécessairement l'Englobant, qui enveloppe l'unité de l'absolu et du relatif est un casse-tête pour l'intellect et l'intellect n'en viendra jamais à bout. S'il était possible de formuler une vision qui viendrait directement d'une perception de l'Englobant, alors, d'une certaine manière, toutes choses serait une vivante expression de l'unité. Comme toutes les vagues ne sont qu'une expression de l'océan.

Johnny M.

   Pour finir, expliciter mes intentions : la recherche de ce qui est et sont fonctionnement (dynamisme) et de ce qui n’est pas (tout en étant par défaut) et son fonctionnement (dynamisme). Je montre (comme tout et chacun) les voiles qui se présentent dans la pratique particulière des principes universels. Donc, je ne cherche que l’essence, mais, en passant par l’éphémère. J’ai été très touché par certains propos de Mr Philippe, quand il a exprimé son cheminement, sa sensibilité. C’est cela que j’ai cru comprendre peut-être attendu de ce forum !

Philippe D.

Merci de cette clarification. Il n'y a effectivement de rencontre réelle que lorsque les mots sont portés par le pathétique de ce qui est vécu. Tout le reste est verbiage.

Johnny M.

Vous vous donnez le droit à la réponse tout en enlevant ce que l’on dit sur votre réponse ne trouvant pas cela pertinent (contrairement à votre réponse). Je trouve cela puéril et néfaste pour une expression de ce qui est la vie elle-même, à vous de continuer sur cette voie si cela vous rempli. Puis une question qui me démange : avez-vous peur de la polémique : soit, des différences sur vos points de vues et certitudes ? Ceci loin d’être une fausse question chercherais plutôt à comprendre votre intention à vous, qui de toute évidence ne m’apparaît pas très claire.

Philippe D.

Inutile de se répéter encore, les intentions ont été suffisamment clarifiée plus haut. Ce n'est pas du tout une question de peur de la polémique. La polémique est un jeu très facile, où il est très aisé de briller et de se faire valoir. Fin de non-recevoir donc de notre part. Cela ne sert à rien, cela ne peut qu'engendrer de la confusion. Vous y allez avec de la foi naïve sinon : j'aurais bien du mal à trouver un "point de vue à défendre" et moins encore une "certitude" à soutenir ! Franchement, j'ai beau chercher, je n'y arrive pas. En m'occupant du forum en plus, c'est du moins que rien ! Là vous faites un procès d'intention qui passe complètement à côté.

Johnny M.

Personnellement je trouve que vous jouez trop le Mr impersonnel et que vous ne vous impliquez pas dans vos propos, vous cachant derrière de définitions, que sincèrement n’aident pas tellement, surtout derrière cette volonté de nier tout sentiment, vécu, ressenti, reflet personnel qui trahissent nettement la peur de l’ego, qui, soit dit en passant, ne fait que le renfoncer. Cela ne me dérange pas particulièrement mais est un obstacle évident pour la commune recherche lancée sur un forum de ce genre.

Philippe D.

C'est votre impression, et elle n'est peut-être pas très fondée si vous faites bien attention à ce qui a été dit jusqu'ici, en tout cas, c'est tout naturel. C'est curieux cette façon de voir de la peur partout. Vous êtes bien sûr que c'est fondé? Et puis, est-ce que le plus important, ce n'est pas l'éclaircissement de la conscience? C'est tout ce qu'attend quelqu'un qui vient ici d'ailleurs, parce que les affrontements de personnes, bof, cela n'a pas grand intérêt.
 

Johnny M.

Répondant à votre question, non je n’ai pas besoin de me situer par rapport à quelqu’un ou quelque chose, mais sachez que l’on se situe d’une manière ou d’une autre cependant toujours dans la Création, et même que ce positionnement est dynamique et naturel sans qui ait pour autant un aspect malsain dans la chose. Pour l’histoire de se mettre à l’autre côté de l’habituel, c’est simplement un excellent exercice que je conseil à tous ici pour ne pas trop solidifier la partialité de son regard.


Philippe D.

Là, j'avoue que je ne comprends pas très bien ce que vous voulez dire. Ce serait intéressant d'expliquer un peu.

suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com