page 1, 2, 34, 5, 67, 8, 9,11, 12, 1314, 15. 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 26, page 27, 28, 29, 30, 31 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58... liste des pages.


La transformation de la conscience


Johnny M.

    Ce que je peux dire aujourd’hui c’est que la spiritualité a changé, et changera encore. Les mythes de Jésus et Mère Thérésa, qui font toujours référence plus à un contenu qu’une forme (bien que l’humanité en retienne d’avantage sa forme que non guère le contenu), ne sont plus d’actualité. D’une manière insolite l’humain se réveille à la spiritualité, philosophie, au développement de la conscience commune et d’unité. Or, ce qu’il est incroyable qu’il ne soit pas encore réalisé que les anciennes formes, même de spiritualité, de recherche de l’invisible, ont « évolué », car à chaque temps son mouvement correspondant.

    Les anciennes routes ce n’est pas qu’elles sont non valables mais plutôt qu’elles ne mènent pas à la même destination que jadis, parce que jadis la Terre, les humains, se situaient autrement.

    Ce que je peux vous dire, en toute simplicité, que la voie de l’ego est révolue, car il n’est plus aujourd’hui ce qu’il était, il n’a plus la même fonction. L’ego était à une époque nécessaire, alors il fût conçu (autrement dit, conceptualisé). Or, il est important de saisir que les concepts ont une vie limitée en rapport au temps où ils naissent. L’ego aujourd’hui veut dire manifestation, de toute sorte. Sans envie de vous choquer le moindre, je peux dire ceci : Dieu est ego. Et il est ego parce qu’il est manifeste et manifestation. Alors que dire de ses dérivés… ? Il n’est plus la peine de se perdre dans cette voie. La Voie qui s’ouvre actuellement accueille un horizon bien plus large : l’unité des manifestations, des ego de toute nature et sorte. L’abstrait, ce n’est pas le non ego, c’est simplement une autre forme, qui vous semble dépourvue de ego. Or, ce qu’il est important de relever est que ego ce n’est pas synonyme de « égoïste ». L’égoïsme subsiste par le manque d’ouverture, d’unité. Dans l’unité les manifestations ne s’opposent, bien au contraire, se complémentent, vont en accord.

    Les conflits, autant internes comme externes que nous avons (tous les deux reliés) ne sont qu’une preuve de combien les changements des anciennes voies révolues coûtent et effraient à tous ceux qui s’attachent à ce qui se meurt naturellement et qui ne sera manifestement pas un soutient valable et conscient de ce qui naît.

Carolyn S.

      Vous parlez de l'ego comme d'une simple identité, un besoin de se sentir quelqu'un ou quelque chose. A partir du moment où il y a prise de conscience, l'important n'est-il pas la forme que prend cette identité même si elle est changeante . Les formes se succèdent alors et traduise l'évolution de la conscience. Et là encore, la conscience peut-elle subir des "transformations" si elle ne se préoccupe pas aussi de l'inconscient auquel elle est étroitement liée ?
 

Irène B.

    Pour réagir par rapport à ce que vous dites sur la conscience, je vais essayer de vous donner mon humble ressenti. Pour moi la quête ne fait que commencer justement au moment où la conscience s'ouvre. Que de concepts dans ces dernières pages et j'ai l'impression de commencer à comprendre qu'à la 27è !
ego, vacuité, conscience.....
    Quand la conscience s'ouvre il me semble que l'être commence à chercher à se positionner par rapport aux autres, au monde, à l'univers, au cosmos dont nous faisons partie et l'ego se manifeste... que serait-on sans ego....la révélation de l'identité....qui nous permet d'aller à la recherche de quoi en fait, la vérité ? mais c'est quoi la vérité ? ce qu'on a envie de découvrir ? sur qui, sur quoi ?
je n'ai pas bien compris le sens du terme séparation évoqué par Johnny quand il dit que la conscience résulte de la réalisation de la non séparation....
      Quant à la vacuité, je pense aussi qu'elle est le résultat d'un cheminement et celui qui y arrive est un bienheureux... la vacuité c'est parvenir au détachement... après avoir jeté toutes les scories de notre âme....
pour résumer je dirai que la vacuité ne peut exister sans la conscience, qui est elle-même une autre manifestation de l'ego sans lequel l'homme ne peut exister.
     peut-être hors sujet mais c'est mon ressenti par rapport à ça, mais il est intéressant de noter les opinions de chacun et moi je vois les choses d'une manière simpliste, très simpliste... mon ego n'en souffre pas trop d'ailleurs...

suite.

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com