page 1, 2, 34, 5, 67, 8, 9,11, 12, 1314, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23,25,26, 27,28,29,30,31 page 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58...


La transformation de la conscience


Quetzal  D.

   En fait, il n'existe de conscience collective qu'a travers l'individu porteur de cette culture. Elle n'est qu'un être virtuel, un lieu du psychisme, ou l'entité du cercle culturel prend existence comme étant un "même" dans la dimension de l'altérité.. je dis cela car il me semble que la notion d'individualité dans l'être humain, me semble Être un peu illusoire dans le sens ou l'on ne saurait-être sans l'autre. notre identité en propre se fait sur ces deux tableaux a la fois en face de l'autre, et avec/contre l'autre dans un cercle identitaire plus large... la conscience collective ou "culture" est le terreau sur lequel "nait" et deviens possible toute individualité.. la langue maternelle étant le vecteur dans sa transmission de ce lieu-commun. je note cela par souci historique qu'un individu nait d'une culture, et celui vit agit en fonction de celle-ci.. en ce sens nous somme d'abord membre-de avant d'être soi, si d'ailleur m^me cette pure individuation est possible tant notre pensée est cadré par notre langue maternelle.

   J'ai du mal a Être d'accord avec vous sur le fait que vous voyez dans le fait culturel qu'un fait péjoratif car né d'un egocentrique collectif... sans doute existe-t-il un défault majeur a toute culture, celle d'Être une forme de comportement en face d'un terroir(culture) et que de fait de lieu en lieu, de famille en famille, il existe des comportements différents, des façons de vivre différencié. ceci me semble assez naturel, et vas avec le besoin de certitude du vrai dans la représentation du monde, et ceci pour chaque humain... personnellement je note que la principale culture en ce moment est une culture urbaine et celle-ci s'oppose aux cultures traditionnelle de type agraire... celle-ci et a travers l'idée de progrès entreprend d'être la Culture unique et ceci, a travers un terroir du plus en plus commun a l'ensemble de l'humanité, -la ville-

   Pour ma part et contre ce dessèchement du culturel par une pseudo-unification(de force), j'aimerais que le respect des différence soit promu, entre l'un et le multiple, je pencherais que le multiple soit cette unité, ou la subjectivité propre a chaque homme et a chaque culture puisse être -de droit- culture a part entière, car celle-ci sont la source de la richesse du monde..


  
Quand a la fin de la friction entre les cultures, je croit qu'il est un peu vain d'y croire, puisque c'est dans la rencontre, dans cette friction que ce trouve le lieu du métissage. renoncer aux frictions, a cette fondamentale et perturbante prise de conscience de l'autre dans sa différence, dans l'existence même qu'il porte de cette différence, et de la mise en abîme de soi par sa présence, cette indispensable a notre propre individuation(voir vendredi ou les limbes du pacifique)...
c'est dans cette friction que l'individu prend existence comme individu et ainsi deviens.... ta notion d'unité, ressemble celle au vouloir d'une ruche, ou d'une fourmilière, ou désindividualisé, les membres, bien que différent se retrouve a n'être que pour le groupe... étrange, presque totalitaire...

    Enfin, le seul moyen pour moi de comprendre votre notion a-frictionelle est qu'il ne puisse y avoir qu'une culture, c'est a dire des personnes ayant les mêmes principes, moraux éthique, confessionnel, etc... enfin cela est peut-être possible, mais cela demande une telle uniformisation, que cela me semble impropre a l'humain, qui se forme individuellement toujours contre quelque chose a l'adolescence...

    Quand a cette fameuse modification, est-il possible de la vouloir, n'est-ce pas là un peu vain, puisque changer sa conscience c'est changer son comportement en face du monde, en s'y adaptant ou bien en le refusant. peut-il y avoir une ligne de conduite là ou la multitude est à l'oeuvre dans la chaos inter-relationel, inter-individuel ....d'ailleurs, ne ce fait-elle pas d'elle même par contrainte, plus que par volonté???

 

suite 

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com