page 1, 2, 34, 5, 67, 8, 9,11, 12, 1314, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23,25,26, 27,28,29,30,31,32 page 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58... liste des pages.


La transformation de la conscience

Danièle C.

    La transformation de la conscience passe nécessairement par la souffrance, quand tout va bien, on ne se pose pas de question. On continue pensant que l’on est à tort ou à raison sur la bonne voie, ce n’est que lorsque l’on traverse des épreuves, que l’on se questionne, que l’on cherche, et plus on souffre, plus on cherche des réponses, pour justement ne plus souffrir.

    Je suis en chemin comme bien d’autres, je suis en chemin pour m’élever spirituellement et donc m’ouvrir en conscience. La conscience que nous vivons un monde d’illusions, nous vivons sur un système de croyances, que nous ont transmis nos parents. Notre culture. Sans jugement aucun, mais la vie nous fait prendre conscience que « ce que nous croyons être l’amour n’en n’était pas », que ce que Nous détenions comme vérité, n’en n’était pas une », « que ce que nous croyons comme idéal de vie et de bonheur, ne l’était pas » …

    Nous sommes des chercheurs permanents en quête de vérité, qui sitôt découverte est balayée par une autre.
L’élévation de conscience est un travail douloureux, car il déstabilise (ce qui n’était qu’illusion de stabilité), mais dans le même temps, il rend lucide, éclaire les choses d’un autre regard, voit les choses que d’autres ne voient pas encore, il exige ouverture, tolérance, humilité, Acceptation, et foi, et devient alors une force extraordinaire pour continuer, c’est un long chemin.

Philipe D.

    "Nécessairement" est un terme dont je doute beaucoup. La nécessité de la souffrance ne s'impose que quand l'esprit et fermé et le coeur endurci. Quand trop de rigidité mentale s'est accumulée et cela craque. Parce que la Vie est une fluidité absolue et une conscience ample et développée est nécessairement très fluide et très adaptable. Il n'y a pas de fatalité de la souffrance. C'est nous qui dessinons nos propres épreuves. Ce n'est pas la vie qui les impose. S'il y a des questions, c'est parce qu'il y a ignorance bien sûr. Mais, justement, l'expansion libre de la conscience, est-ce que finalement il ne conduit pas à un état sans question?

    Pour ce qui est de l'illusion oui, tout à fait. Et cela va même certainement bien plus loin que le seul conditionnement social, car il faut inclure dans l'illusion le rapport au temps psychologique et tout ce que cela entraîne. Tout ce que l'ego veut faire durer et poser comme réel dans le temps repose sur l'llusion de la continuité.

   Il n'y a pas de stabilité possible dans le domaine du relatif effectivement. Quand on est déstabilisé, c'est surtout parce que l'on s'est accroché à une fausse stabilité. La véritable Stabilité est absolue, elle est une assise dans le Soi, elle est intemporelle.

suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com