1, 2, 3page 4, 5, 6, 7, 8, 9, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65,... liste des pages


La transformation de la conscience

Irène B

   Le Temps c'est quoi pour vous ? pour moi c'est une invention créée par les hommes pour compter, pour mesurer, quoi au juste ? leur pouvoir ? pour moi tout est là en même temps : le passé, le présent le futur, que le Temps n'existe pas, ou n'existe plus de la manière du moins dont on nous l'a présenté.... au fur et à mesure que j'avance dans le temps ? l'âge ? j'oublie mon physique et je laisse place à mon âme et mon esprit qui prennent plus de place dans ma vie. J'ai l'impression que tout est transparent, même les personnes avec qui je travaille et que je rencontre... j'ai l'impression que le voile se lève aussi puisque pour sentir "l'air du Temps", je le fais avec le mental.... sensations décuplées on dirait...
hé dites, dans mon entourage, je passe pour une "originale" mais ça moi je m'en fiche, l'essentiel c'est que je sois Moi.


Philippe D.

   Le temps a plusieurs valeurs qu'il est important de ne pas confondre. Il y a le Temps de la Nature, qui est le rythme du changement de tout ce qui entre dans l'existence, se maintient et disparaît, le temps circulaire des saisons, des cycles du corps etc. Dans ce temps, le changement de la vie et de la mort suit son cours. Mais en réalité, nous ne vivons pas dans ce temps dans la vigilance ordinaire, nous vivons dans le temps psychologique,  celui des attentes, des espoirs, des regrets, des souvenirs et c'est le temps psychologique qui nous fait souffrir le plus car il nous met toujours dans un ailleurs : demain ou hier. Ce temps psychologique, nous cherchons à lui donner une consistance, alors on s'en forme une image qui est le temps chronologique  celui du comptage des heures et des jours, du compte des années et des siècles, mais c'est aussi cette impression de puissance que nous donne le calendrier, cette impression de dominer, de maîtriser le temps, parce qu'on le gère. Et c'est là que ta remarque est tout à fait pertinente. La volonté de puissance de l'ego se traduit par une représentation du temps liée au pouvoir. Or il suffit d'examiner avec attention ce pouvoir pour constater qu'il est illusoire. Je ne peux pas me transporter à la semaine prochaine, je ne peux pas revenir à l'an passé. Il n'existe que maintenant, ce maintenant dans lequel je me projette ou je me souviens. Le maintenant donne existence au concept du passé, et du futur, le présent pose l'extase du temps. Dans le présent tout est contenu. Aussi, quand je suis présent au présent, sans fuite extatique - en pleine conscience, le temps psychologique s'abolit. Le changement suit son cours, mon corps vieillit, tout se transforme et rien n'est stable, mais en même temps, ce qui est fascinant, c'est que ce cours du temps se déroule sur mon propre fond immobile. Le Soi témoigne du temps qui se déroule en dehors de lui. J'ai déposé le fardeau du temps et repris pieds dans la propre Conscience qui est intemporelle.

   Une mention spéciale pour l'originale ! L'important n'est pas de passer pour une originale, c'est de vivre sa propre singularité telle qu'elle est et en un sens tout être humain est original, unique. Je ne crois pas qu'une personne éveillée à sa propre conscience doivent être semblable à tous autre personne éveillée, mais justement, la réalisation de soi c'est aussi l'expression tout à fait unique d'une manière d'être qui est strictement personnelle. Cela ne peut s'épanouir qu'en s'autorisant réellement à être Soi-même. En s'honorant soi-même comme intériorité vraie et libre. Ce qui -en passant- n'a rien à voir avec le faire-valoir égocentrique pour s'afficher dans le personnage d'un "original".

   Pour une question de clarté et de précision, nous préférons sur le forum ne pas "majusculer" l'ego. Nous disons le Soi plutôt.

Irène B.

   Justement à propos de la peur, je voulais vous faire part (puis-je) de mon expérience .... j'étais dans une situation difficile dont je n'en voyais pas l'issue il y a quelque temps... et puis un jour quelqu'un sur un forum comme celui ci m'a dit que c'est parce que justement j'avais peur, il m'a dit alors de prendre le courage et de la regarder en face, que tout ce qui m'arrivait était la projection de ma pensée et que j'attirais ces événements désagréables. C'est ce que j'ai fait ! ça a été dur, mais quand j'ai pu la transcender, mes problèmes se sont dissous comme ma peur d'ailleurs.
 

Philippe D.

   La peur n'existe que dans la dualité, quand il y a une séparation entre la conscience et son objet. Sans la dualité, la peur ne peut pas tenir. Ce qui est étonnant, c'est que justement, un jour nous faisons l'expérience que la peur ne résiste pas au regard du Soi. La peur ne tient que par le dualité, la coupure, si la coupure n'est pas là que que je vis avec elle en pleine conscience, elle disparaît. Ici le courage est d'être pleinement conscient, lucide, sans introduire de jugement, vivre la peur, sans être emporté par son flux émotionnel. La projection de la pensée se fait dans l'émotion de la peur, comme dans toutes les autres émotions. Dans l'ignorance, je prend le train et je suis emporté par les suggestions de la peur et du coup, je m'installe dans un état de peur. La connaissance de la conscience et de ses état, permets de comprendre ce qui se passe, et de laisser le train émotionnel partir. Pour cela, il faut ne pas avoir froid aux yeux pour vraiment regarder la peur sans complaisance, mais aussi sans condamnation.


Irène B.

   Quelqu'un m'a dit que j'avais un "ego surdimensionné".... je n'ai jamais compris pourquoi, alors je cherche, si on me l'a dit c'est que c'est vrai, ou bien nous sommes l'effet miroir des autres.... et puis celui que me l'a dit ne me connaît que par "écrit", dans la réalité personne ne me le dit, ou personne n'ose me le dire, même mon mari avec qui je vis depuis plus de 25 ans.

Philippe D.

   Avant de se demander si on a un "ego surdimensionné", il va falloir comprendre ce qu'est l'ego tout court ! C'est quoi le "moi"? Le moi vrai? Le moi-enflé? Parler d'une enflure de l'ego est certainement dans certain cas toucher quelque chose de juste.
   Maintenant, tu évoques un point très intéressant pour nous mettre sur la piste. Le miroir des autres, c'est cette caractéristique remarquable qui fait que les autres peuvent spontanément repérer les angles morts de ma vision, m'aider à identifier les constructions, le projections, les attentes, les réactions de l'ego. Si je me comporte comme une brute ou une garce, c'est à dire si mon petit moi devient ce personnage, je n'en aurais peut-être pas conscience, mais le personnage sera identifié sous le regard de l'autre. Très souvent donc, ce miroir de l'autre est actif et nous renvoie le personnage que l'ego se donne. Parfois, une injure reçue peut contenir une leçon.

   Cependant, ce point est très délicat, car d'un autre côté, les réactions de l'autre lui appartiennent et elles ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre. Le point le plus passionnant dans cette affaire, c'est de voir quand on reçoit des remarques si elles éveillent un écho.  S'il y a un écho, alors une émotion apparaît, on est courroucé, furieux, on se met en réaction de toutes sortes de manières. L'écho qui résonne ainsi dans les réactions indique qu'il y a des nœuds en moi qui ne sont pas résolus. Cela met l'accent sur ce qui est en moi.

suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| forum| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com page indexée.