Humour et philosophie

1, 2, 3, page 4, 5, 6, 7, 8.


Le naturel et le surnaturel

Moïse, Jésus et un petit vieux barbu jouent au golf.
Moise prend son club et d'un swing élégant envoie sa balle.
Elle monte en l'air d'un superbe mouvement parabolique et tombe
directement...
..dans le lac !
Moïse ne se perturbe pas, lève son club et à ce moment les eaux s'ouvrent,
lui laissant le passage pour faire un nouveau coup.
C'est maintenant au tour de Jésus. Il prend son club et, également d'une
parabole parfaite, (rappelez-vous : la parabole c'est sa spécialité !), il
envoie la balle dans...
..le lac, où elle tombe sur une feuille de nénuphar.
Sans s'énerver, Jésus se met à marcher sur l'eau jusqu'à la balle, et donne
le coup suivant.
Le petit vieux prend son club et, d'un geste affreux de qui n'a jamais joué
au golf de sa vie, envoie sa balle sur un arbre. La balle rebondit sur un
camion puis à nouveau sur un arbre. De là, elle tombe sur le toit d'une
maison, roule dans la gouttière, descend le tuyau, tombe dans l'égout d'où
elle se trouve lancée dans un canal qui l'envoie...
..; dans le lac mentionné ci-dessus.
Mais, en arrivant dans le lac, elle rebondit sur une pierre et tombe
finalement sur la berge où elle s'arrête. Un gros crapaud qui se trouve
juste à côté l'avale. Et soudain, dans le ciel, un épervier fond sur le
crapaud et l'attrape ainsi bien sûr que la balle. Il vole au-dessus du
terrain de golf, et le crapaud, pris de vertige, finit par vomir la balle
...
.. juste dans le trou !
Moïse se tourne alors vers Jésus et lui dit:
- "Tu sais, j'ai horreur de jouer avec ton père !"

     Au moins, c'est une blague qui fait rire sans sous-entendu trop lourds. Il y a un sens. Nous remarquons que Moïse et Jésus pour parvenir à placer leur balle doivent faire un miracle : ouvrir les eaux (cf. La mer rouge dans l'ancien testament pour ceux qui ne sont pas au courant), marcher sur l'eau (dans le Nouveau testament).L'un et l'autre font donc appel au surnaturel pour réaliser un possible, placer la balle de golf. Le plus rigolo, c'est que Dieu (le petit vieux qui fait n'importe comment), lui balance la balle tout bêtement, mais, par une série de coïncidences, elle lui obéit et va là où elle doit aller, ceci naturellement. Le moins surnaturel, c'est Dieu ! Cela peut nous faire un peu réfléchir. Nous avons besoin du surnaturel pour croire (allez ! faites nous un miracle et on aura la foi!!) et nous ne voyons pas l'extraordinaire déploiement naturel de la Vie. La Nature se déploie, évolue, naturellement dans une perpétuelle manifestation, parce que tout cela est naturel, nous n'y faisons pas attention. D'une certaine manière dans la Durée des possibilités continuellement viennent au jour par le pouvoir créateur de la Nature. D'une certaine manière, le miracle de la Vie est permanent. Simple. Naturel. La coïncidence des évènements qui font la Vie est tout de même assez bien organisée non? Ce Dieu là est assez sympathique. Il est aussi simple que la Nature il ne fait pas de mystère. Son geste trace une coïncidence qui s'organise de manière cohérente. Il maintient l'unité dans la diversité. 

     Où se trouve l'esprit le plus religieux? Chez celui qui se croit au surnaturel, à une mystère de l'au-delà, où bien chez celui qui discerne dans l'ici-bas, dans la nature, la présence d'une intelligence créatrice, chez celui qui peut s'émerveiller justement de ce qui n'est que naturel?

Transmis par Lise que nous remercions encore.

suite


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Humour et philosophie| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
philosophie.spiritualite@gmail.com