Textes philosophiques

Jean Klein      l'action spontanée et l'attention


 

    "Q. Pourquoi les gens vivent-ils leur vie en acceptant d'être l'ego, cette identification erronée, ce je relatif, pour rechercher une perfection hypothétique?

     L'ego qui désire la perfection est une partie, une parcelle de l'imperfection, l'esprit ne peut jamais changer l'esprit.  Voyez l'inutilité de toute programmation, attendez que chaque pensée prouve sa vanité.  Nous devons constater enfin que le changement réel n'est pas une démarche mentale, seule une objectivation sans motif, une attention silencieuse, hors du temps, peuvent opérer une authentique transformation.
 
 
Q. Dans un précédent entretien, vous disiez que la réalisation de notre vraie nature ne requérait aucun effort ?

    Le mot effort implique une intention, la volonté de parvenir à un but.  Cette fin est un rappel du passé, de la mémoire et nous ne sommes jamais présents au moment même.  Il serait plus exact, plus précis de parler d'attention juste, au sens d'une écoute non orientée.  Elle est sans effort, parce qu'elle est totalement libre de direction, de motivation et d'imagination.  Dans l'attention juste, l'écoute est non orientée, aucun personnage n'entrave la réceptivité globale.  Cette écoute parfaite est notre vraie nature ; c'est par elle que nous parvenons à nous connaître, sans que rien ne soit entendu, sans personne pour écouter.

    Malheureusement, il est rare que nous écoutions réellement.  Nous vivons plus ou moins continuellement dans le mirage du futur.  Nous créons une image et nous nous identifions à elle.  Tant que nous nous prenons pour une entité indépendante, une faim permanente, le sentiment d'un manque demeure, l'ego est assoiffé de satisfactions et de sécurité, d'où son constant besoin de devenir.  Nous ne sommes jamais réellement en contact avec la vie, car être branché sur la vie requiert une ouverture de tous les instants dans laquelle l'agitation provoquée par la tentative de combler un manque prend fin.  Une paix s'installe, nous ramenant à notre totalité.  Sans image personnalisée, nous ne faisons qu'un avec la vie, avec les mouvements de l'intelligence.  C'est seulement alors que nous pouvons parler d'action spontanée.

    Nous vivons des moments où la pure intelligence, libre d'imprégnation psychologique se manifeste, mais dès que nous revenons à ce cliché préfabriqué de notre personne, là où il nous semble voir une action, nous n'avons eu qu'une réaction.  C'est ce qui jaillit librement, naturellement du silence qui est juste et cela ne laisse aucun résidu ; il y a acte sans personne qui agisse, sans stratégie, ni préparation, mais seulement une attention exempte d'agitation, de souvenirs.

    Il me revient à l'esprit ceci : « La lune est dans le ciel, mais non dans son reflet sur l'eau », tout ce que vous n'êtes pas est un reflet de ce que vous êtes.  C'est un déploiement, une expression dans l'espace-temps de ce que vous êtes réellement.  Quand vous voyez le reflet de la lune dans l'eau, vous savez qu'en levant les yeux, vous la découvrirez.

    Il est essentiel pour vous de devenir plus conscient de votre nature intime, de vos sensations, de vos tensions psychiques, de vos sentiments et de vos désirs, sans émettre un jugement.  Dans une observation innocente, nous sommes entièrement en dehors de ce que nous observons.  En d'autres termes, nous prenons note et cette simple action possède son propre goût.  Si je vous demandais ce que vous avez dans la bouche, vous pourriez me répondre : rien.  En réalité, vous avez le goût de la bouche.  De même, regarder en soi est déjà une attitude intérieure.  Essayez et spontanément, vous aurez cette vision plus profonde".

 

 

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Recherches| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations philosophie.spiritualite@gmail.com