Textes philosophiques

Jean Klein    L'écoute. L'ouverture. La présence. La vie.

La transmission de la lumière n'est pas intentionnelle. Elle se produit spontanément quand l'ouverture rencontre l'ouverture.

C'est l'absence de soi qui est notre totale présence. L'écoute est notre vraie nature.
L'écoute est désencombrée, libre de toute mémoire. C'est un non-état. L'écoute est un continuum. Tout objet perçu vous ramène à votre vraie patrie, à l'écoute.

Quand l'écoute est maintenue, elle devient lucidité, éveil.

L'écoute est une méditation constante, sans personne pour méditer ni objet de méditation.

L'écoute est le support de toutes les perceptions. C'est la lumière qui donne réalité à tout ce qui est perçu.
Dans l'écoute vous vivez réellement votre complète absence. C'est seulement dans cette absence complète que vous pouvez sentir votre présence. Vous ne pouvez vous en empêcher, vous êtes écoute.

Soyez un observateur vierge de préjugés, innocent, dépourvu de toute intention préalable. Ce que vous avez compris se résorbe dans l'être la compréhension. Être compréhension est silence.

Ce que vous êtes ne peut jamais se mettre en évidence ; c'est une ouverture totale qui ne se réduit jamais à une conclusion ou à une assertion.

C'est en comprenant la nature de la personne que vous pouvez vous affranchir de la personne.

En vivant dans l'abandon, vous êtes complètement libre.

Au moment où vous demeurez dans votre plénitude, dans votre ouverture, il n'y a plus de division, il y a totalité. Voir comment vous fonctionnez dans la vie quotidienne est la seule voie.

Dans la vie, il n'y a jamais répétition, chaque instant est neuf.

La conscience est la seule réalité.

En accueillant ce qui vous entoure, vous lui permettez de se déployer. Être compréhension est présence silencieuse.

L'enseignement se produit quand il n'y a pas de maître.

Quand vous vous trouvez sciemment dans votre propre absence, vous stimulez cette absence chez autrui.

Vous pouvez seulement être la vérité, vous ne pouvez jamais connaître la vérité...

Vous ne pouvez jamais voir la lumière parce que vous êtes cette lumière.

Vous ne pouvez jamais provoquer la compréhension, vous pouvez seulement vivre avec votre question.

Quand vous vivez sans intention, il y a la vie... être libre de toute anticipation, de toute intention, c'est vivre libre...
 

L'acceptation. Le corps

Le corps est un véhicule auquel vous ne devez pas vous identifier.

Accepter veut dire accueillir chaque fait, chaque perception qui vous vient.

Accepter entraîne l'harmonisation de la pensée. Accepter la situation harmonise la situation. Accepter est libre de volonté, accepter est absolument actif, alerte. C'est actif-passif.

Accepter, c'est lorsque vous dites "Je ne sais pas..."

Une acceptation réelle est un lâcher prise, un abandon, une attente, mais une attente sans attente.

Ce que fondamentalement vous êtes ne peut jamais être conçu, ne peut jamais être imaginé.

Ainsi dans la méditation, nous ne sommes rien d'autre qu'ouverture, nous sommes un total, un global "je ne sais pas" en étant connaissance.

Le coeur est intemporel. C'est seulement là qu'il y a présence, être-connaissance.

L'enseignement véritable est un non-enseignement, car en vérité il n'y a rien à enseigner. Ce que vous cherchez vous l'êtes fondamentalement.

Ce corps possède une mémoire organique de son état parfait de détente et de liberté.
Le corps est une expression de l'écoute, une expression du silence, une expression de la conscience ; il a sa patrie, sa potentialité dans la conscience, dans l'écoute. En un certain sens, c'est une boussole, il vous ramène à votre vraie nature.

L'approche corporelle vous conduit à un état de bien être et de clarté, de transparence qui vous permet d'être accessible à la compréhension ultime. Comme la pensée et le corps sont interdépendants, la disponibilité et la légèreté du corps jouent un rôle dans la compréhension.

Accepter organiquement la maladie et vivre avec elle est la seule façon de la soigner. En acceptant la maladie, vous ne l'alimentez plus. Vous devez l'aimer, c'est tout. Quand vous l'aimez vraiment, vous trouvez un moyen de l'affronter.

Soyez affranchi de vous-même et vous découvrirez la liberté chez autrui, et autrui n'existera plus, seul l'amour existera.
 

La maturité. La liberté.

La maturité, c'est voir clairement les choses, les voir dans leur relation à la vérité, à ce que vous êtes. La maturité vous amène le pressentiment de ce que vous êtes, elle vous conduit au seuil du "je suis".

La maturité vient seulement quand vous connaissez l'art d'explorer, de questionner une situation sans chercher une réponse. Dans cette investigation, vous êtes complètement ouvert.

Aussi, soyez ouvert à l'ouverture. C'est une sensation de globalité, de totalité où se déploie le "je suis".

Tout votre organisme est complètement dilaté, ouvert, et dans cette ouverture, il y a amour. Seulement alors, il y a amour. Aussi, ce qui est important, c'est de se découvrir dans la non-connaissance. Dans la non-connaissance vous vous sentirez dans une immensité, une expansion où n'existe aucun isolement.

Dans la méditation, il n'y a personne pour méditer ni rien à méditer, il y a seulement l'être.

La seule liberté dont nous disposions est de devenir conscient de ce que nous sommes en réalité. C'est la seule liberté que nous ayons. Il n'y a pas d'autre liberté..

La seule liberté que vous soyez est de vous éveiller au témoin, d'être le témoin du théâtre du monde en vous. Ce témoin, cette présence, est totale absence de vous-même, absence d'une quelconque personnalité. C'est dans cette absence que vous vivez la plénitude.

Ce que nous sommes réellement se révèle de soi-même.

La seule réalité est d'être la lumière qui éclaire le film.

On doit vivre l'essence de manière à pouvoir la formuler dans le langage en cours et ainsi la transmettre.

Votre réelle autonomie, votre vraie nature est ce qui est le plus proche de vous : c'est vous-même. Chaque pas accompli pour l'atteindre vous en éloigne.

Il n'y a qu'un seul et unique désir qui englobe tous les désirs, et qui est celui d'être libre, d'être autonome, d'être totalement soi-même.
 

Vie. Tranquillité. Être.

C'est uniquement une tranquillité vivante, une tranquillité où personne n'essaie d'être tranquille, qui est apte à défaire les conditionnements auxquels est soumise notre nature biologique. Quand la vie n'est pas soumise à un choix, elle a la liberté de se déployer.

Dans une question vivante, l'ouverture est la voie vers une réponse vivante.

Les facultés créatrices sont une expression de l'ultime mais lorsqu'on oublie que l'on est l'ultime, il se produit une insécurité, une identification avec la création.

La vigilance purifie l'esprit et tôt ou tard, cette vigilance vous transportera consciemment au-delà de l'esprit.

La seule vérité est l'être, qui est sans cause, autonome.

Vivez votre être et vous vous éveillerez à la tranquillité.

Une fois que l'esprit cesse ses efforts de préhension, une fois qu'on renonce à atteindre et devenir quelque chose, une fois que l'énergie n'est plus investie dans une stratégie et dans la poursuite d'un but, l'esprit retourne à un état d'équilibre où tout demeure pacifié et tend vers la conscience silencieuse, au sein de laquelle pensées et perceptions vont et viennent.

La conscience est notre totalité, notre expression totale est dans la conscience.

La vision réelle est une perception directe. C'est faire face aux faits, à la sensation, à l'état des choses sans faire intervenir une justification, un contrôle, une rationalisation ou une pensée à leur sujet. Dans la vision, il n'y a pas de personnalité qui voit.

Quand nous ne sommes rien, tout est possible !                                 

La grâce a toujours été et ne cesse d'être, prête à être accueillie. Elle est la joie, la totale sécurité sans cause.

Vous ne pouvez découvrir ou devenir la vérité car vous l'êtes.

Ce qui surgit d'inattendu, d'impromptu, sans cause, libre de tout passé, ce qui surgit sans racines, ce qui ne ne s'épanouit ni ne se flétrit, ce qui est le plus naturel, libre de toute tension, c'est cela votre vraie nature.

Vivre est un continuum totalement irréductible à toute objectivation, un présent à jamais présent.

Dans notre absence en tant que quelqu'un, il y a Dieu. Cette absence aussi appartient à Dieu. Il n'existe que Dieu.

Comprendre ne relève pas d'un niveau mental.

Votre nature est d'être attentif, conscient de ce qui apparaît en vous.

C'est en permettant à la méditation de s'épanouir dans votre vie quotidienne que se déploie la plénitude de votre vraie nature.

Vous êtes créateur quand vous ne cherchez rien, quand vous ne faites rien...

Donnez tout votre cœur et toute votre intelligence à ce qui se présente d'instant en instant, laissez chaque instant disparaître et accueillez le suivant.

C'est au-delà du connu qu'existent les possibilités de découvertes infinies.

Ce que nous sommes, notre vraie nature, la Toute-Présence, n'existe ni dans le temps, ni dans l'espace.

L'existence se déroule dans l'être, qui, lui, est affranchi du temps et de l'espace.

Toute tentative perpétrée par le Moi, constitue un obstacle. Quand nous renonçons à cette démarche, tous les concepts disparaissent, nous sommes submergés par la grâce, et la toile de fond, la conscience, devient pour nous une réalité vivante.

C'est du silence vivant qu'émane le parfum de l'existence.

La conscience silencieuse est toujours présente, que nous pensions ou non.

Votre vraie nature est tranquillité, lumière, déploiement sans périphérie ni centre. C'est l'être non-conditionné, c'est l'amour.

Une fois que vous vivez dans l'observation qui est votre état naturel, vos actes ne laissent plus aucune trace en vous.

Se connaître est un état de joie, de paix, de félicité, de sécurité permanente.

Dans l'acceptation, intelligence et action juste apparaissent.

Vous pouvez seulement vivre votre pure présence, qui, toujours, est.

Une profonde détente émane de l'ultime. Dans cette détente, tout votre être se déploie sans effort, joyeusement. Là, votre vraie nature renvoie à elle-même.

C'est à travers le connu que l'inconnu se révèle. Mais ils ne font pas deux. L'ultime s'exprime dans l'espace et le temps, et se résorbe en lui-même.

Votre vraie nature n'est ni une chose comme l'âme, ni un état, c'est un flot de vie ininterrompu.

C'est seulement quand nous vivons dans notre totalité, libres de tout but, de toute préférence et de tout choix, libres de l'ego, que peut s'épanouir la pleine expression de la vie.

La présence inconcevable est notre vraie nature dans laquelle tout apparaît.

La conscience se connaît elle-même par elle-même.

Aller réellement avec l'écoulement de la vie est "passif-actif" : passif en ce sens que l'ego est complètement absent, qu'il n'y a ni intention, ni but, ni mobile. Mais actif en ce qu'en l'absence de l'ego vous êtes dans votre présence, dans votre conscience, et toutes vos énergies et tous vos dons sont libérés.

Dieu est quand vous n'êtes pas (Maître Eckhart).            

 

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Recherches| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations E-mail : philosophie.spiritualite@gmail.com