Textes philosophiques

Spinoza   la croyance aux miracles


    "De ces principes donc que rien n'arrive dans la nature qui ne suive de ses lois; que ses lois s'étendent à tout ce que conçoit l'entendement divin; qu'enfin la Nature observe un ordre fixe et immuable, il suit très clairement que le nom de miracle ne peut s'entendre que par rapport aux opinions des hommes et signifie tout uniment un ouvrage dont nous ne pouvons assigner la cause par l'exemple d'une autre chose accoutumée, ou que du moins ne peut expliquer l'auteur relatant le miracle. Je pourrais dire à la vérité qu'un miracle est un événement dont on ne peut assigner la cause par des principes des choses naturelles tels que la Lumière Naturelle les fait connaître; toutefois, puisque les miracles ont été fait à la mesure de la compréhension du vulgaire, lequel ignore totalement les principes des choses naturelles, il est certain que les anciens ont tenu pour miracle ce qu'ils ne pouvaient expliquer par le moyen dont le vulgaire a coutume d'user pour expliquer les choses naturelles, c'est-à-dire en recourant à sa mémoire pour se rappeler un cas semblable qu'il se représente sans surprise à l'ordinaire".

Traité Théologico-politique, chapitre VI, G.F. p.120.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com