Leçon 300.     Science et religion       

     Commençons par préciser le sens des termes pour bien savoir où nous allons. Par science nous entendons l’approche objective de la connaissance, approche qui se subdivise en trois catégories bien différentes, à savoir les sciences eidétiques comme les mathématiques et la logique, qui ont affaire à des idées, des concepts, sans que soit impliqués l’expérience. Les sciences de la Nature avec la physique, la biologie, l’astronomie etc. et toutes leurs subdivisions. Sciences qui ont partie liée à l’observation et l’expérimentation. Sciences humaines enfin, histoire, psychologie, sociologie, économie politique et leurs subdivisions dont le concept d’objectivité et les méthodes diffèrent entièrement des sciences de la Nature. Songeons par exemple à l’opposition radicale dans la manière dont peuvent établir la vérité un historien ou un physicien. Dans toutes les discussions qui mettent en jeu la relation entre « la » science et autre chose (la morale, l’art, la religion, la magie etc.) il est admis implicitement que la physique sert toujours de modèle de comparaison. Toutefois, Ken Wilber classifie les avenues de la connaissance en quatre quadrants, physique et biologie occupent le quadrant SD, supérieur droit et il est très clair depuis la Modernité que le quadrant SD sert toujours de référence de comparaison, mais aux dépends des trois autres.

    Le mot religion, dans ce qui suit sera pris dans son acception usuelle : à savoir un corps de doctrines du salut qui se propose comme lien (ligare) renouvelé (re) entre l’homme et le Divin, ce qui ne va pas sans la Foi, l’existence de rituels, une représentation du péché et de la vertu, un sens de la piété et du sacré, une communauté de fidèles. Attention cependant à ne pas faire l’amalgame entre religion et credo. Les monothéismes sémitiques (judaïsme, christianisme, Islam), sont des religions du credo, mais il existe toutes sortes de religions sans credo (la religion grecque et romaine, l’hindouisme, le bouddhisme et l’immense variété des religions animistes). En Occident, le credo fait référence à un texte sacré qui fait autorité pour les croyants (la Thorah, le Nouveau Testament, le Coran, le Livre des Mormons etc.) Les religions du Livre révèrent le Livre saint comme la parole de Dieu. Quand on parle de religion en Occident, c’est toujours en pensant à une religion du credo.

     Ceci dit, s’agissant de la relation entre science et religion, le problème est surtout celui des religions du credo face à la science, pour une raison toute simple : le croyant estime que la Vérité a été révélée par Dieu dans le Texte saint et si une vérité différente se présente qui s’y oppose, elle ne saurait être qu’impie. La question est de savoir où est placée l’autorité. La religion peut-elle disposer d’une autorité sur la vérité différente de celle de la science ? Ken Wilber dans The mariage of Sens and Soul, distingue cinq positions possibles. Par commodité, nous allons adopter cette classification dans le plan qui suit.

*    *
*

A. La religion rejette la science

La position typiquement fondamentaliste :  L’Ecriture sainte est la seule Vérité en ce monde, car elle émane de Dieu qui est la seule autorité en matière de Vérité. L’homme religieux doit rester fidèle à la parole de l’Ecriture et vivre conformément à ce que la parole de Dieu enseigne. D’où une interprétation stricte et littéraliste des textes sacrés. La science est le plus souvent critique envers la religion, elle est impie et doit donc être rejetée et surtout rejetée comme autorité.

La physicienne Faouzia Charfi, de l’université de Tunis, note que certains de ses étudiants rejettent des théories scientifiques lorsqu’elles paraissent contraires à ce qui est écrit dans le Coran. Par exemple, la lumière étant une manifestation de la présence divine, elle ne peut avoir de vitesse ! Par contre, si une théorie paraît bien établie, comme celle du bigbang, ils soutiennent qu’elle avait… déjà été prédite par le Coran. Dans le même registre, fondamentalismeles Américains ne peuvent être allés sur la lune puise qu’il est écrit dans le Coran que la lune est à 500 années de marche en chameau. Comme le Coran proscrit la figuration du corps humain, les Talibans interdisent les illustrations anatomiques dans les manuels d’enseignement de la médecine.

Pour les fondamentalistes, la science veut nous faire croire que la Création relève du hasard, que l’homme descend du singe, que notre planète est perdue dans l’espace et que la Terre est ronde. Il s'agit là de mensonges véhiculés par l'élite laïque pour que l'homme s'éloigne de sa nature originelle et doute de l'existence du Tout Puissant. La Bible dans les proverbes dit : « Il n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, Ni le premier atome de la poussière du monde. Lorsqu’Il disposa les cieux, j’étais là ; Lorsqu’Il traça un cercle à la surface de l’abîme ». Dans « Isaïe 40 : 22) C’est Lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre » Or un cercle est une surface plane à deux dimensions. Dans Job 38:13 ) …Il est question de « saisir les extrémités de la terre, afin qu’en soient secoués les criminels ». Mais il n’y a pas d’extrémité à une sphère… donc ce doit être que la terre est plate. Et puis, l’horizon, c’est une ligne etc. Il parait que 9% des français croient « possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l'école ». Mais aux Etats-Unis, les terreplatistes seraient environ 12 millions. Cela n’est possible qu’à partir de croyances religieuses, car ce n’est pas du tout une question de choix raisonné de l’opinion.

Pourquoi la science devrait-elle être rejetée ? Réponse intégriste pure et dure : Dans l'ancien testament Satan a corrompu Adam et Eve et leurs faisant manger le fruit de la connaissance, la science cherche la connaissance, elle est donc… satanique. Les grands organismes scientifiques sont athées et prônent l'athéisme, la science est l’ennemi de la religion. Le siècle des Lumières a été inspiré par les ennemis de Dieu ! Il faut revenir à l’Ecriture sainte au pied de la lettre. Il existe dans toutes les exégèses monothéistes fondamentalistes des mises en garde sévères contre ceux qui voudrait amender l’Ecriture, car il faut la prendre telle quelle, intégralement, donc en intégriste fidèle à la Vérité révélée par Dieu. Ce qui inclut entre autres… les règles de vies, les lois et les châtiments.

Bref, dans cette position, pas de nuance, c’est la radicalité qui prime. Comme la religion du credo a un très fort accent dualiste en bien/mal, il n’y a que des raison/tort, et la radicalité mène droit à l’intolérance. Toute discussion dérape du jugement de fait, vers le jugement de valeur. Et sur ce terrain, c’est bien simple, les fondamentalistes sont persuadés qu’ils sont les seuls détenteurs de la vérité. Le doute, instrument indispensable dans le travail scientifique, qu’il soit d’ordre moral, existentiel, ou méthodologique n’a pas lieu d’exister, il doit être dissipé pour laisser place à la foi. Donc, adieu l’esprit critique. D’où la lecture au premier degré des textes, lecture qui rejette toute interprétation historique et toute explication scientifique. La croyance est fixée pour l’éternité. Le texte sacré est découpé en extrait et cité hors contexte, comme si tout ce qu’il contenait était une sagesse. Pour la même raison, il est hors de question de faire valoir l’autonomie du jugement et de penser par soi-même, la vraie religion est hétéronomie, car soumission à Dieu dans la soumission à la communauté des fidèles.

Il n’y a donc ici aucune argumentation philosophique sérieuse. En résumé, selon l’historien Mark Noll (lui-même de confession évangélique) : « Il n’y a pour ainsi dire aucune philosophie fondamentaliste, aucune histoire des sciences fondamentaliste, aucune esthétique fondamentaliste, aucune critique littéraire fondamentaliste, et aucune sociologie fondamentaliste ».

B. La science rejette la religion

scientifique et croyant------------ L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier



   

*   *
*

 

Vos commentaires

Questions:

 

 

 

     © Philosophie et spiritualité, 2020, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index analytique. Notions.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.