Leçon 173.    Le journaliste et l’historien      

    L'information qui nous arrive tous les jours est tout à la fois incontournable, débordante et redondante. La plupart des gens lisent plusieurs journaux, regardent les informations à la télévision et les écoutent à la radio. Les mêmes informations. Avec un tel déluge de nouvelles et de commentaires, nous sommes supposés être des citoyens libres, informés, disposant de moyens sérieux pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

    Mais suffit-il d’être « au courant de tout » et d’avoir son avis sur tout, pour avoir une bonne intelligence du réel ? A force de vouloir ne pas perdre de vue l’actuel, on finit par y rester collé. On finit par être confus, étourdi. Les critiques de Thoreau contre l’information à son époque (texte) sont toujours pertinentes. Ce qui surgit dans l’actualité et fait les gros titres des journaux est très souvent trivial, pauvre et superficiel. A quoi l’historien répondrait que nous avons besoin du recul, seule la distance du temps permet de différentier ce qui a de l’importance de ce qui ne l’est pas. Avec le passage du temps, le jugement devient plus sûr, plus nuancé et il gagne en impartialité. Les « feux de l’actualité » sont aveuglants et ils n’éclairent pas nécessairement ce que l’histoire retiendra.

    Nous avons donc une question de fond. Si le jugement d’importance sur les faits requiert une distance temporelle, est-ce à dire qu’il ne peut y avoir de lucidité dans l’actuel ? Ceux qui enquêtent de manière directe sur les faits devraient tout de même être ceux qui sont les mieux documentés. Le journaliste devrait sentir tourner le vent de l’Histoire. On peut aller jusqu’à retourner la critique, d’où la formulation d’une question désormais classique : Le journaliste peut-il décider qu'un événement est historique? En quel sens  peut-on parler « d’histoire immédiate » ? En quoi le travail du journaliste s’oppose-t-il à ou complète-t-il celui de l’historien ?

*   *
*

A. L’événementiel et sa détermination

    Nous disions dans une précédente leçon que l’historien doit déterminer parmi les myriades d’événements que comporte le passé, ceux qui méritent d’être retenus. Ce travail suppose un principe de choix et une sélection, tout événement ne pouvant accéder d’emblée à la dignité de fait historique : on dit aussi ne franchissant pas un certain seuil d’historicité. Cependant, au moins en ce qui concerne l’histoire contemporaine, si sélection il y a, elle est seconde, car elle suit une première sélection qui est effectuée par le journaliste. Le terme d’histoire, en grec istorié veut dire « enquête ». Vu la proximité du récit chez les premiers historiens grecs, comme Hérodote, par rapport aux événements qu’ils racontent, on peut dire qu’ils ne sont pas loin du journalisme. Journalisme et histoire ne sont pas distingués, ils ne le seront qu’à travers la distinction entre événement et fait historique et le développement de deux méthodologies.

    1) Comme nous l’avons vu, le « fait historique », n’existent pas en soi, et les historiens de l’Ecole des Annales aiment le rappeler ; mais pour des raisons identiques, « l’événement » non plus. L’information choisie par le journaliste c’est de l’événement qui franchit un certain seuil d’actualité, puisque ce dont s’occupe le journaliste, c’est de l’actuel. Le seuil d’actualité désignerait la détermination qui fait qu’un événement est considéré comme digne

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

une information de manière ponctuelle, sous la forme brève d’un flash d’information : « Le crash d’un avion au Panama. La campagne qui précède une élection. Les soldes d’hiver. La guerre en Iraq. Les défilés de mode. Le Nième lancement réussi d’une fusée. Une catastrophe naturelle qui vient s’abattre sur une partie du monde. Les résultats du tiercé. La dernière déclaration polémique d’un homme politique. Une sortie d’un film au cinéma. Le décès d’une célébrité etc. ». Ou sous une forme plus développée comme celle du reportage : « La violence et la drogue en Bolivie. Les vacances luxueuses des milliardaires. Le rap dans les cités. La condition des homosexuels en Allemagne. Le dérèglement climatique en Antarctique. Le marché du portable auprès des jeunes. L’esclavage dans le monde. La nouvelle cuisine etc. ».

    Pour le comité de rédaction d’un journal, d’une émission de télévision, il faut un sujet et même un bon sujet. Qu’est ce qu’un bon sujet ? Deux interprétations :

    - Un  sujet dont l’importance est jugée en soi comme significative, de sorte que la nécessité s’impose de le traiter. Un putsch militaire réprimé dans un bain de sang en Asie. Un krach financier colossal qui emporte les bourses sur la planète. Un rapport scientifique alarmiste sur  la disparition accélérée des espèces vivantes etc. Disons qu’il s’agit d’une information qui apporte une intelligibilité nouvelle à la complexité de l’actuel. Une mise en lumière de la vérité des événements. Carl Bernstein, le reporter qui avec Bob Woodward a remporté le prix Pulitzer pour la révélation du scandale de Watergate, dit à ce propos qu’un journal doit en matière d’information avoir une notion du bien public. Selon ses termes, trop de média sont à l’heure actuelle des fabriques à ragots sans intérêt qui ne se concentrent que sur le people, le bizarre, l’anecdotique et la stupidité. C’est ce qu’il nomme The Idiot Culture. Le devoir du journaliste est de se consacrer à ce qui a une véritable importance. Un sujet d’importance significative finit par rentrer dans les livres d’histoire, le journaliste passant ainsi la main à l’historien.

    ---------------- Un sujet qui va à coup sûr intéresser le spectateur, le lecteur et attirer son attention, même si sur le fond, l’intérêt intrinsèque est quasiment nul ou trivial. Le mariage d’une célébrité. L’admission en cure de désintoxication d’une pop star. Le dernier rapport sur la sexualité des femmes en France etc.  Dans cette catégorie, ce qui prime, c’est le sensationnel, ou, autrement dit, l’appel direct à l’émotionnel. Il est aussi possible d’utiliser la fibre d’un intérêt consensuel récurent. D’où les marronniers, qui reviennent à l’identique régulièrement : les régimes amaigrissants, les crèmes de beauté, le salon de l’auto, les déguisements pour Halloween etc. C’est encore dans le registre de l’émotionnel, mais dans l’ordre de l’auto-gratification. Toujours dans cette catégorie, on peut ajouter le non-événement. Il s’agit d’une annonce déjà attendue, préparée et qui ne surprend personne, mais que l’on pense devoir faire figurer aux nouvelles. Enfin, plus subtil, il y a l’effet d’annonce à visée politique. Les hommes politiques savent très bien occuper le terrain des média à coup de petites phrases et de déclarations. C’est d’ailleurs une stratégie habile de la part du pouvoir de ne laisser aucun répit à la presse, en lui livrant constamment des stimulants émotionnels, sous la forme de « communications » : méthode pour occulter l’essentiel, en produisant une sollicitation vers ce qui est spectaculaire, ce qui va à coup sûr faire jaser, mais reste secondaire.

    Il suffit de faire le tour des productions des média pour constater de visu que la seconde interprétation est nettement préférée à la première. Personne ne peut nier le fait que la postmodernité a vu le journalisme effectuer un virage commercial. Là où les avis peuvent diverger, c’est seulement sur les raisons d’un tel état de fait. La première est bien sûr la dictature de l’audience. De l’audimat. L’angoisse du journaliste de télévision, c’est que le téléspectateur zappe vers autre chose. Il faut le maintenir captif coûte que coûte. Donc un « bon sujet » est un sujet qui est sensé accrocher un public le plus large possible, un sujet qui ne risque pas d’ennuyer, un sujet qui permet de « faire de l’audience ». Il y a une relation directe entre l’audience obtenue et les tarifs que l’on peut proposer aux publicitaires qui financent le système. Une mauvaise audience, c’est moins de rentrées et le financement des chaînes de télévision et des journaux dépend massivement de la publicité. Il y a donc une pression constante dans ce sens. Les moyens les plus utilisés pour stimuler l’audience :

    a) Le spectaculaire, le scabreux, le scandaleux fonctionnent assez bien. C’est le crochet émotionnel réactif. La voiture déchiquetée par une bombe, le visage en larmes de la mère dont le fils vient d’être tué. La découverte d’un cadavre au fond d’un étang. b ) Le genre cocooning social aussi, c’est le crochet convivialité par identification directe : le spectateur se reconnaît dans des bonnes-gens-comme-tout-le-monde, qui ont les même intérêts, les mêmes opinions que les siennes. La dame qui se plaint de l’augmentation du prix des pommes cette année. c) Le genre people. C’est le crochet amplification de l’ego. Le spectateur a l’image de ceux qui ont « réussi », qui ont atteint la célébrité et qui peuvent donc tout se permettre. d) Dans le même ordre, il y a aussi la politique à l’écran. C’est le crochet de la polémique du pouvoir. Le pouvoir séduit, fascine et il suscite des réactions très vives, soit de colère,  soit d’assentiment, souvent parce que l’on est ou non dans le même camp. e) Le genre humanitaire marche aussi, non pas forcément parce qu’on s’y engage, mais parce que c’est toujours bon de voir qu’il y a des gens qui tentent de soulager un peu la misère du monde. C’est le crochet bonne conscience populaire. C’est indispensable au bon équilibre du journal. f) Très important, le crochet divertissement  sportif. Quelques images de foot, quelques images de tennis, du ski. On notera qu’il s’agit surtout de représentation spectaculaire. C’est encore de l’émotionnel, mais d’un émotionnel fusionnel autour des héros du stade. Noter la place énorme de ce type de sujet dans les journaux locaux. g) Et pour terminer, le divertissement spectacle, avec les programmes télé, la promotion des films qui viennent de sortir, parfois d’une pièce de théâtre, d’un gala de danse. Encore de l’émotionnel, mais avec une connotation culturelle.

    2) La logique qui consiste à chercher à capter l’attention par des ficelles émotionnelles recourt à l’infra-rationnel et tire la conscience vers le bas. Elle contredit directement l’aspiration qui voudrait voir le journalisme participer à un éveil de l’intelligence. Cette logique conditionne le fonctionnement au bas mot au moins 75% de nos médias actuels. Pour être plus précis, il faut dire que dans ces conditions l’information est pré-conditionnée à l’origine et qu’elle produit aussi un conditionnement collectif au final. Quelques observations de terrain tirées de Petits Soldats du Journalisme de François Ruffin.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

rève des transports ». Il faut produire un contenu conforme au concept. Et on trouvera toujours sur place des gens acceptent de ce prêter à ce type de manipulation !  Conséquence et remarque très importante de Ruffin : « On est davantage dans le cinéma que dans le journalisme » ! ! Sauf qu’ici le scénario est, un pré-conditionnement sous la forme de figure imposée de l’info. Une « grève des transports », est donc un concept dont le traitement est par avance établi… sans qu’il soit nécessaire de tenir compte de la réalité complexe du terrain. Le traitement journalistique procède à une simplification des faits et du langage pour les formuler. Systématiquement, les « usagers sont pris en otage », « même s’il est difficile d’en trouver beaucoup qui ont cette opinion » ! Autres remarques sur le style :

    « Évitez les subordonnées, les phrases supérieures à quatorze mots, deux minutes quinze, c'est énorme pour un reportage en télé, c'est énorme… ». Quant à la question du fond et de la pertinence de l'info livrée, ce n'est jamais abordé. Lorsqu'un étudiant s'est exclamé : « Mais, en une minute, on a le temps de ne rien dire », son prof, rédacteur en chef adjoint à LCI, lui a rétorqué : « Eh oui ! Bienvenue dans le monde de la télé » !

    Et c’est là que l’on remarque le fonctionnement de l’information ressemble de plus en plus à celui de la publicité. Dans le marketing, on décline un concept dans un produit. L’objectif est net et avoué, il s’agit de vendre. Pour y parvenir, la publicité élabore une rhétorique qui est à une forme de conditionnement sophistiqué. Il s’agit de créer une suggestion. Sauf qu’ici c’est de l’information dont il s’agit et nul n’admettra que l’information ait une vocation conditionnelle. Néanmoins, la proximité des discours laisse penser que sur cette pente et conformément à l’inertie générale, le journalisme tend vers la publicité comme vers son modèle. Comme elle il alimente un ordre convenu et convenable. « En ne disant rien de significatif, on laisse fonctionner le monde comme il fonctionne. En ne servant à rien, les journalistes contribuent à consolider l'ordre des choses ». On a donc beau jeu de dire que les médias constituent un contre-pouvoir : il faut rectifier en disant que le journalisme est davantage un pouvoir qu’un contre-pouvoir. Ce qu’on appelle un « bon journaliste » dans les salles de rédaction, c’est seulement un journaliste qui produit vite. Ce n’est pas un journaliste animé d’un souci du bien public. D’où cette déclaration désabusée de Ruffin : « notre rôle journalistique n’est absolument pas conçu pour contribuer à tirer les gens vers le haut ». Il faudrait alors rejeter le cliché idéaliste de l’esprit critique, de l’originalité, de l’intégrité du journaliste. La règle la plus répandue, c’est le conformisme marchand, la complaisance à l’égard des puissants et l’alignement sans failles sur les valeurs postmodernes.

    Nous avons évoqué l’explosion d’une littérature critique de la publicité dans la veine de 99F de Beigbeder ou No logo de Naomi Klein. Il y a eu le même phénomène avec la critique du journalisme : la manifestation d’un certain ras-le-bol, la confession des repentis, la dénonciation des dérives marchandes et de la perversité du système. Nous avons aussi vu que les technologies que mettent en œuvre les médias audiovisuels les poussent à solliciter davantage l’émotion que la réflexion. Preuve en est la vitesse omniprésente, autant dans la publicité que dans l’information. Aux débuts des années 80 le reportage TV durait en moyenne 4 mn 30. Nous en sommes à… 1 mn 15. Il faut faire vite. Cela fait partie des tendances de notre époque. Or l’accélération mentale va à l’encontre du besoin pour l’intelligence de se poser sur un sujet pour s’en imprégner et le comprendre. La vitesse fait ingurgiter de l’information. Allié avec l’émotionnel, elle confirme des réflexes acquis et réassure le prêt-à-penser ambiant.

    Ces critiques sont sévères, mais elles doivent être entendues, ne serait-ce que pour faire tomber l’illusion selon laquelle, dans le harcèlement des « nouvelles », nous serions bien informés. Un tel constat ne peut que conforter la position de l’historien. Il n’aura aucune difficulté à montrer, par exemple sur le témoignage des journaux des années 30, à quel point les journalistes sont aveugles sur leur propre époque.

B. L’histoire et l’ontologie de l’actuel

    -------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

 

Vos commentaires

Questions :

1.       Pourquoi pensons-nous être mal informé?

2.       Peut-il y avoir un journalisme indépendant à partir du moment où un média est financé entièrement par la publicité ?

3.       On a dit que  la manie de la « conspiration » gâchait  le développement  journalistique sur Internet. Est-ce justifié?

4.       L’historien est-il mieux armé que le journaliste pour saisir dans l’actuel ce qui est important et de distinguer de ce qui est secondaire ?

5.       Comment comprenez-vous la formule de Hegel : « l’homme moderne fait de la lecture du journal sa prière du matin »?

6.       Qu’est—ce qui devrait distinguer le journaliste de l’animateur de spectacle ?

7.       Pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, ne faut-il pas prendre une distance intemporelle ?

 

       © Philosophie et spiritualité, 2008, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index analytique. Notions.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.