Leçon 141.     Information et manipulation     

    Le mot manipulation a un sens d’emblée physique, puisqu’il s’agit de transformer une matière avec ses mains. L’orfèvre manipule l’or pour le fondre dans un bijou. On peut aussi parler de manipulation sur le vivant en altérant par exemple son ADN. Nous avons aussi le droit de parler de manipulation mentale, car il y a bien des raisons de penser qu’effectivement, il est possible de considérer l’esprit de l'homme comme une sorte de pâte à modeler, une chose manipulable à notre gré. Une manipulation correspond à une intention consciente et elle vise un résultat. Une manipulation mentale est un procédé permettant d’obtenir d’autrui, quand on n’a ni le pouvoir de lui ordonner, ni celui de le convaincre, un comportement spécifique. Lui faire faire ce que l’on désire qu’il fasse, mais qu’il n’aurait pas directement fait de lui-même, si on n’avait pas utilisé des moyens pour l'inciter dans la direction du comportement que l'on attend de lui.

    Le champ d’un tel concept est extrêmement large, en fait il couvre toute relation humaine, dans la mesure où elle se structure sous la forme dominant/dominé, car le propre du dominant consistera à s’assurer le maintient de son pouvoir, ce qui recoupe l’usage des moyens nécessaires, y compris la manipulation mentale. Il y a des manipulations psychologiques, de sujets qui usent en permanence de moyens de contrôle sur autrui. Il existe aussi des manipulations  sociales et en pareil cas, il est d'usage de parler de manœuvres obscures opérées sur l’information. La manipulation se traduit par la désinformation, la propagande, la mystification, l'endoctrinement de masse ou le conditionnement. Elle est présente dans le marketing, dans l'exercice du pouvoir politique et financier autant que dans l'empire du pouvoir religieux sur les esprits.

    La question est donc de savoir quand nous avons affaire à une manipulation mentale. Comment différencier une information  neutre d’une information manipulée ? Sous quelles conditions ...

*  *
*

A. Phénoménologie d’une manipulation

    Pour manipuler quelqu’un, par l’intermédiaire de l’information, il faut nécessairement avoir à son égard une visée de pouvoir. La plupart des études sur la manipulation partent de l’objet et non du sujet, d’un champ spécifique, tel que le pouvoir politique, le marketing, les sectes etc. Il vaudrait mieux partir du sujet manipulateur pour en comprendre la structure, ce qui nous permettrait ensuite de le retrouver dans les domaines où il cherche à exercer son empire. Il faut dire que le manipulateur est en chacun de nous, il fait partie de la galerie de personnages virtuels que nous appelons la personnalité. Il y a en nous le truand, le saint, le philosophe, l’amoureux, l’esthète, l’artiste… et le manipulateur. Nous sommes suffisamment rusés dans nos relations habituelles pour tenter parfois de manipuler autrui. Ne serait-ce que pour assurer notre influence sur quelqu’un d’autre, sauver l’attachement qui nous lie à un proche ou jouer des coudes par autorité personnelle, pour régner là où nous ne souhaitons pas partager en quoi que ce soit un pouvoir durement acquis. L’ego est roublard. Nous n’avons pas besoin d’aller chercher très loin pour savoir qui veut manipuler.

     ---------------1) C’est moi. Moi, cela veut dire ce qui est à moi. Ce qui est mien. Ce sur quoi je réclame un empire. « Chaque moi voudrait être le tyran de tous les autres » dit Pascal dans les Pensées. Moi est une entité qui tient à son ordre. Maintenir l’ordre, c’est exercer son pouvoir. Comment maintenir un autre dans mon ordre à moi ? En le manipulant. Comment maintenir en ordre des autres ? En les manipulant. Je ne peux pas prendre autrui comme je me saisi d’un pot de fleurs pour le remettre en place. Une conscience, n’est pas une chose. Cela ne se manipule pas de la même manière. Si moi, je voulais manipuler le plus grand nombre, comment pourrais-je m’y prendre? La contrainte par force directe est peu efficace, elle demande trop de moyens et provoque invariablement une réaction hostile. Machiavel dans Le Prince dit qu’il vaut mieux utiliser la ruse du renard que la force du lion. Ce qui veut dire user de son influence. Nous disons, au sujet d’un personnage important que « A a usé de son influence pour obtenir x de la part de B». La compréhension de la manipulation suppose une phénoménologie de l’influence. Comment donc parvenir à mes fins, obtenir de B un mode de comportement spécifique x, sans utiliser les ordres ou tenter de le convaincre ? Ce serait exactement cela le manipuler. (texte)

    En tout premier lieu, il faudrait l’affecter au niveau émotionnel. La plupart des hommes sont faibles au niveau des émotions. Ils ne savent pas s’élever au-dessus de l’émotionnel. Dans l’optique de la manipulation, il n’est pas non plus bon qu’il puisse l’apprendre. Soulever en eux une émotion forte, c’est les pousser dans une direction. Il suffit de choisir laquelle ou par exemple de désigner un ennemi. La première des émotions capable d’exercer un empire extraordinaire sur les êtres humains est la peur. Il est évident que celui qui saurait avec habileté manipuler la peur, serait un grand manipulateur. Maintenir en permanence les hommes dans la peur, ce serait les rendre très influençables. En revanche, si les hommes pouvaient se libérer de la peur, on ne pourrait plus les manipuler. On ne peut rien faire non plus avec quelqu’un qui connaît et maîtrise ses émotions. Dans le domaine de la ruse, la peur ne doit pas être brutale, sinon elle est remarquée. Elle doit être constante

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    ... de l’émotionnel, les hommes sont aussi très influençables sous l’effet d’une sollicitation au plaisir. Il suffirait de multiplier à l’infini les divertissements pour faire naître des désirs et créer de toute pièces une motivation collective suffisante pour qu’ils soient sans cesse détournés de l’essentiel et attelés à toutes sortes de distractions futiles. Le di-vertissement les habitueraient à papillonner de plaisir en plaisir et éloignerait tout in-vestissement sérieux. Comme dans Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley. Là encore, les médias seraient extrêmement utiles. Il suffirait de les détourner de leur mission d’information pour les remplir de jeux variés et de spectacles. Si l’événementiel devenait purement ludique, le contrôle des populations serait assez facile. Il est simple de noyer la lucidité dans la légèreté et la dérision constante. Plus les hommes sont futiles et écervelés, plus ils sont faciles à manipuler. On parviendra à la même fin en utilisant massivement la suggestion sexuelle. Nourrir en permanence le fantasme, c’est inviter à rêver la vie au lieu de la vivre, il ne reste plus ensuite qu’à vendre du rêve sur mesure, ce qui constitue un créneau d’avenir tout à fait prometteur. Mettre dans les magazines ou dans les programmes de télévision 95% de divertissement serait très malin. La règle impérative serait ici d’éviter soigneusement tout ce qui serait susceptible d’éveiller l’intelligence. On ne peut manipuler les hommes que s’ils sont maintenus dans un degré de conscience très  faible. Primaire et en dessous de la ceinture ce serait parfait. Tout ce qui endort et abrutit est bon, ce qui éveille et renforce la lucidité doit être éliminé le plus possible.

    ... Désinformer tout d’abord. Retenir soigneusement toute information d’une importance capitale qui serait susceptible de mettre l’esprit sur le chemin de la vérité. L’information doit rester allusive, partielle, très fragmentaire, souvent erronée et distribuée à petite dose. Il faut que les hommes aient l’impression d’être informés, mais ce doit être une simple impression. On ne doit jamais révéler l’essentiel et ne diffuser que l’accessoire. Il faut si possible discréditer les sources sérieuses et entretenir une information officielle convenue. Donner le sentiment aux gens qu’ils sont informés et qu’ils ont même de la chance de l’être par rapport à la condition maudite des pays totalitaires où l’information ne circule pas. Leur donner cette fierté est important, mais cela ne veut pas dire être très rassurant. Il faut laisser planer l’inquiétude qui amène les gens à faire confiance dans un pouvoir qui les protège. Il faut travailler à façonner un sens commun que l’on répètera en boucle, de telle manière qu’il puisse dans l’esprit du public remplacer le bon sens. Ne jamais solliciter le bon sens, mais au contraire l'intoxiquer. Le mettre dans la confusion. Avec les moyens actuels de la retouche photo et vidéo, on pourra par truquage prouver en fabriquant des faux avec une facilité déroutante. Le comble, c’est que l’argument inverse peut aussi être utilisé : en présence d’un vrai document, on pourra toujours dire que c'est un faux et détruire sa crédibilité en tant que preuve. Pour jeter dans la confusion l’opinion : crédibiliser par le faux et décrédibiliser le vrai en invoquant systématiquement le trucage. Au journaliste qui serait dans le vrai dire : "mon pauvre, vous vous êtes fait manipuler"!! Quand les gens ne savent plus où est le vrai et où est le faux, ils finissent par seulement chercher le rassurant et sur ce registre, il est facile de donner le change.

    --------------- l’autre contraire et massivement surinformer. Un esprit bombardé d’informations en permanence en est étourdi. Il n’a pas de répit pour penser et il entre dans le nuage de l’inconnaissance. Si l’homme commun pouvait lire son journal habituel, entendre les flashs de la radio, les actualités de la télévision en ayant au cours de la journée dix fois la même chose, il aurait le sentiment d’être informé. Il serait rempli d’images et sa pensée aurait assimilé l’opinion commune. L’avantage de la surinformation, c’est aussi qu’elle produit le remarquable effet de l’écran de fumée : on peut agiter la pensée autour d’un événement, en faire des titres relancés en permanence, ce qui occulte ce qui se fait ailleurs et qui peut être justement bien plus important. Il suffit de donner dans le spectaculaire et l’attention collective est détournée. Créer des pseudo-événements. La surinformation crée la confusion mentale et c’est pourquoi on manipulera mieux avec des images choc, défilant aux informations télé, dans un ordre incohérent qu’avec un reportage qui laisse une latitude pour penser. Il faut habituer le public à se reporter toujours aux mêmes sources d’informations, celles qui diffusent l’opinion ; à condition, cela va sans dire, que ces sources soient elles-mêmes contrôlées. On y parviendra aisément, si on dispose de moyens financiers à la hauteur, dans la mesure où la presse dépend totalement de ressources publicitaires et n’existe pas sans.

    Entre désinformation et surinformation, le juste milieu serait dangereux et compromettrait la manipulation. L’information correcte  conduit droit au questionnement et au savoir. Elle donne des clés pour comprendre et s’orienter. Ce qu’il faudrait éviter. L’information correcte sait avouer ses limites et tendre vers l’impartialité, en se gardant de l’excès de l’émotionnel. Elle permet une communication effective. Chose à éviter bien sûr dans la manipulation. Il s’agit de donner l’illusion d’une communication, mais de garder un double langage. Le pouvoir de manipuler suppose une réserve de secret et par-dessus tout il a une haine viscérale de la transparence. (compléter)

Désinformer

Informer

Surinformer

Rétention d’information

Information

 

   

Mène à l’ignorance par confusion

Cache ce qui ne doit pas être révélé mais qui est essentiel

   

Enjeu de pouvoir

   

Stratégie du contrôle

   

"On nous cache quelque chose"

 

"On ne comprend plus rien"

     ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Est-il possible de se rendre compte que l'on est ou que l’on a été manipulé? C’est un paradoxe. Pour être manipulé, je dois être inconscient et obéir à une main invisible qui me conduit. Sitôt que je prends conscience d’être poussé dans une direction où je ne suis pas ma propre lumière, je cesse d’être manipulé. Je reprends les rênes de mes décisions. Je suis à nouveau conscient. Apparemment, c’est un changement d’état. Mais sommes-nous compromis et aveugle pendant la manipulation? Nous ne sommes tout de même pas stupides au point de ne pas sentir que l’on veut nous mener là où nous n’irions pas de notre propre chef. Là encore, il n’est pas nécessaire de se rapporter à un domaine spécifique, il suffit de laisser parler notre expérience. Dans l’ordre relationnel c’est une situation assez banale. Des manipulateurs, des manipulatrices, on en rencontre partout. Qu’ils se servent du jeu de l’ambition, de l’avidité ou de la séduction importe peu. Pourtant, la manipulation n’est tout de même pas une transe hypnotique complète. Elle se déroule dans l’état de veille, pas dans un demi-sommeil. Elle se déroule en présence d’un témoin intérieur et d’un observateur qui n’est jamais complètement occulté. (texte)

    C’est vrai que l’après-coup a un effet saisissant qui donne à croire que nous ne redevenons conscients que lorsque nous sommes, pour ainsi dire, sortis du tunnel. Les historiens se servent de cet argument pour dire que nous avons besoin du recul du temps pour prendre conscience de l’aliénation. Les hommes qui partaient joyeusement en Allemagne au travail obligatoire ne se rendaient pas compte qu’ils étaient manipulés par le pouvoir de Vichy. Ils ne l’ont compris qu’après-coup. La puissance de persuasion était telle qu’ils étaient aveuglés.

    Mais est-ce à dire que sous l’effet de la manipulation, pendant, nous ne puissions pas en être conscient ? Nous serions des animaux bien dociles si c’était vrai. Des veaux au regard éteint, marchant lentement dans un consentement résigné et impuissant. Ce qui rendrait incompréhensible le profond malaise de la conscience, sa souffrance intérieure, sa révolte sourde et à peine voilée. Un animal de bât ne dit rien quand on lui prend sa liberté. Un être humain sait intuitivement quand son libre-arbitre est violé. Il sait faire la différence entre la poussée de sa libre nécessité et une soumission sournoise qui lui est imposée. Il attend son heure et n’oublie pas vraiment. Il garde une amertume d’avoir été trompé, ce qu’il n’aurait jamais, si d’un bout à l’autre il avait été totalement inconscient. Son drame est justement de sentir au fond de sa chair, de sentir que « quelque part », comme on dit, qu’il a été manipulé. Le feu de la lucidité est sous la cendre, mais il n’est pas éteint.

B. Conditionnement et techniques de manipulation

    Le concept de conditionnement est né dans le contexte de la psychologie du behaviourisme. Burrhus Frederic Skinner avait même, le plus sérieusement du monde, dans Walden Two  imaginé un monde où chacun atteindrait la “bonne vie” par un conditionnement parfait. Problème : les bases du béhaviourisme reposent sur l’héritage de la psychologie animale de Pavlov et ne prennent pas en compte la dimension consciente de l’être humain. On comprend fort bien qu’il soit possible par le dressage d’obtenir de l’animal la répétition d’un comportement appris. On peut conditionner le chien pour qu’il exécute telle réaction apprise C, suite à l’association créée par un expérimentateur avec un signal B. Nous serions alors dans une situation exacte de manipulation au sens strict du terme. Mais peut-on appliquer ce genre de schéma à l’homme ? Existe-t-il des techniques de manipulation ? Si oui, pouvons-nous parler de conditionnement ?

     1) Nous avons vu plus haut la différence entre un signal et un signe. Le conditionnement animal repose sur l’utilisation des systèmes de signaux. Il existe déjà chez l’animal des signaux naturels. Nous avons de bonnes raisons de penser que le langage animal est un système de signaux. Nous savons que beaucoup d’animaux sont capables d’apprendre des associations nouvelles qui viennent se superposer au système de leurs réflexes. Virtuellement, tous les animaux supérieurs, y compris l’homme, sont susceptibles de recevoir un conditionnement. Il est par contre bien plus difficile de montrer que l’animal est sensible à un signe, qu’il est capable de manipuler des symboles et ce n’est pas du tout ce qui peut servir de base à son conditionnement par dressage. Nous avons vu que bien sûr notre rapport au langage comporte encore, à son étage inférieur une valeur de signal, notamment dans les ordres brefs et les appels. Cependant, l’être humain vit essentiellement son rapport au langage au niveau du sens, c’est-à-dire qu’il se situe d’emblée dans l’ordre du symbole, parce qu’en l’homme le mental est premier par rapport au vital. De là suit que l’idée même de ...

    ---------------Le concept de conditionnement du béhaviourisme a pourtant été mis en pratique sur l’homme sous la forme d’un certain nombre de techniques. On sait que pour dresser un animal, il faut répéter un grand nombre de fois l’association entre B et C, en introduisant un système de punitions/récompenses. Le dauphin qui obéit correctement au dompteur reçoit un poisson. La pie a droit à une sucrerie. Le chien qui se trompe reçoit une décharge électrique. Au final, il suivra le principe du plaisir en exécutant ce que l’on attend de lui. Nous pouvons très bien faire un rapprochement avec bien des techniques employées sur l'homme. L’éducation disciplinaire du siècle dernier semble, à s’y méprendre, largement emprunter le registre de ses méthodes au conditionnement. On pourrait en dire autant avec la formation militaire traditionnelle. Il suffit de remplacer la décharge électrique par la punition, la férule, et la récompense par les bons points et les médailles. Mais c’est une psychologie très élémentaire qui n’est pas d’une grande efficacité. Elle ne tire rien de la motivation consciente et de ses ressorts les plus secrets.

    Il est tout à fait intéressant d’analyser à cet égard l’évolution de la publicité. Voyez sur ce point le remarquable travail de Vance Packard dans La Persuasion clandestine. Nous avons vu qu’elle a au départ été conçue sur le mode rationnel de l’information, sous la forme de la réclame. Mais les publicistes sont restés à l’affût des nouvelles découvertes de la psychologie. Ils se sont rendu compte que l’on obtenait de la part du consommateur plus facilement l’acte de l’achat en se servant de la répétition constante du message. Un message publicitaire doit tourner en boucle un certain temps, afin de produire une association. Un enfant qui a vu 300 fois le spot sur les céréales, il va automatiquement mettre le paquet dans le caddie de sa mère qui fait les courses. On sait aussi que la répétition subliminale est très efficace. Une image de soda insérée toutes les trente images dans un film ne sera pas aperçue au niveau du conscient, cependant, elle sera enregistrée au niveau inconscient et là encore, lors de l’entracte, curieusement, on verra une flopée de personnes commander du soda. L’efficacité n’est plus à démontrer, le conditionnement, par des voies inconscientes, semblables à celles qui sont utilisées sur l’animal, fonctionne assez bien. Mais peut être pas suffisamment encore. Les publicistes ont aussi compris que l’on devait s’appuyer sur la dimension symbolique qui est sous-jacente au désir, donc sur la relation au signe cette fois-ci. Pour que le consommateur engage l’acte d’achat que l’on attend de lui, il faut qu’il assimile l’objet à l’ordre de ses fantasmes, à ses aspirations intérieures. Si un produit est présenté de telle manière qu’il entre en résonance avec le désir de l’amour, de la beauté, de la paix, de la plénitude, avec la bonne humeur, la joie de vivre, la recherche d’une identité etc. Il acquiert une dimension symbolique qu’il ne possède pas dans sa matérialité. Il devient désirable, comme une femme est désirable quand elle incarne la totalité des attentes d’un homme éperdu d’amour. Le principe fondamental n’est plus dans le conditionnement, qui est bien trop passif, mais dans la dimension active des émotions du sujet ; sur ce terrain, ce qu’il faut mettre en jeu, ce sont des stratégies de séduction. Et là, il faut reconnaître que nos publicistes sont extrêmement adroits. Ils ont su récupérer les ressources de l’image, les moyens de l’information de tous les médias pour créer cette immense entreprise de séduction qu’est la publicité postmoderne. Nos sociétés ont complètement assimilé les techniques qui les utilisent : ce que l’on appelle le marketing. (document) Nous avons tellement bien intégré cette forme de manipulation que nous avons fini par faire de la publicité une forme de culture ! C’est dire à quel point la réussite de l’entreprise a été totale. Et cela marche tellement bien que l’on n’hésite pas à investir des budgets prodigieux dans la publicité. On ne dépenserait pas autant d’argent dans des campagnes de promotion si cela n’avait pas une efficacité certaine en termes de résultats. Et le résultat veut dire quoi ? Je reprends ma définition initiale d’obtenir d’autrui, quand on n’a ni le pouvoir de lui ordonner, ni celui de le convaincre, un comportement spécifique : ici, consommer. Les mots collent admirablement : l’ordre, c’est ce que l’on donne au chien. La conviction, c’est ce que l’on démontre rationnellement en s’adressant à l’intelligence en l’être humain. Tout cela est dépassé, ce qu’il faut c’est une compulsion d’achat. Donc un comportement spécifique. Seuls quelques dissidents, comme Beigbeder dans 99 F le disent franchement, car il est important que la manipulation reste clandestine. Le but est bien d’utiliser les armes de la séduction et de la persuasion, d’ôter le libre-arbitre du sujet et de faire en sorte que l’on choisisse à sa place. Dans un vocabulaire psychologique, on ajouterait dans le même registre : transformer l’individu en marionnette.

    2) L’ironie de cette histoire, c’est que l’on entend parler de manipulation mentale que dans des contextes restreints, comme si elle n’existait nulle part ailleurs. En bref, il y aurait deux mondes, le monde des démocraties occidentales où le citoyen est libre, intelligent, informé, où il a la chance inouïe de vivre soustrait à toute tentative de manipulation et un monde marginal où il y a des gens qui sont soumis à l’endoctrinement politique massif, aux manipulations des sectes, aux lavages de cerveau pratiqués dans les guerres etc. Or si nous admettons qu’il existe des techniques de manipulation, (document)  il faut avoir la cohérence de penser que leur usage est assez répandu et ne dépend pas d’un seul contexte. Le mot technique est tout de même assez clair : c’est un procédé permettant d’obtenir, par l’application d’une règle et de méthodes un résultat. Il ne dit pas dans quel but, dans quelle finalité et au bénéfice de qui. Il ne préjuge pas de l’emploi moral/immoral, que l’on peut en faire, de l’éthique élevée ou discutable qui en est l’objet. Il faudrait être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas remarquer qu’entre les méthodes du marketing, du prosélytisme religieux, de l’endoctrinement politique et de la propagande à outrance, il y a des similitudes constantes… Ce sont les mêmes, tournées vers des objectifs différents !! Psychologiquement, nous n’avons peut-être pas beaucoup changé sur ce point depuis Gorgias (texte) et Protagoras et leur art de la rhétorique. La méfiance de Socrate vis-à-vis de l’art de la persuasion est totalement actuelle, sauf que la rhétorique aujourd'hui a acquis un statut, des moyens techniques et financiers très développés, elle est devenue très sophistiquée ! Il faut peser ce mot dans toutes ses nuances pour comprendre justement ce qui se produit sous nos yeux : il enveloppe le pouvoir d’illusion (magie des images), et de persuasion des sophismes (séduction), l’hyperdéveloppement des moyens employés, (la communication à la mode publicitaire), il désigne aussi le type de société dans lequel nous vivons (le consommateur est snob et la société artificielle).  Est-ce un hasard si ce mot s’applique si bien à notre postmodernité ?

    Si nous sommes d’accord pour rejeter les manipulations mentales dont l’homme peut faire l’objet, pour faire en sorte que chaque être humain se redresse, vive dans la liberté et devienne sa propre lumière, nous ne pouvons pas faire d’exception. Pour travailler à la libération de l’être humain, il faut rejeter toute forme de conditionnement.

    Les psychologues repèrent la manipulation mentale dans les groupes sectaires à travers une série de techniques utilisées :

 a) Une relation reposant sur l’argument d’autorité, justifiant la hiérarchie, promettant un avancement interne dans une organisation et un salut. Mis à part le dernier terme, tout employé faisant partie d’une grande entreprise se reconnaîtrait. Il suffit de remplacer le dernier mot par un pactole et une assurance financière.

    b) L’imposition d’une règle à l’individu l’obligeant à demander sans cesse une autorisation pour ses actes élémentaires dans la vie quotidienne. Demandez au chômeur en fin de droit, à tous les cas que suivent les assistantes sociales ce qu’ils en pensent de leur côté.

    c) Imposition d’une doctrine obscure et compréhensible de seulement quelques élus, qui encourage l’acceptation aveugle et rejette la logique. Or c’est exactement le reproche que l’on fait à la science aujourd’hui. Edgar Morin dit que la science est devenue trop fermée sur elle-même et « ésotérique ». C'est même une accusation qui a été dirigée contre l'enseignement de l'Université.

     d) Incitation à décourager le questionnement, à accepter automatiquement les croyances, à ne douter de rien, avec à la clé l’assurance d’un progrès. Nous avons encore pas mal de chemin à faire dans notre société actuelle pour relever ce genre de défi. Ceux qui ont été confrontés avec la dogmatique religieuse en place et aussi celle qui sévit dans l’université se reconnaîtront. Notre société n'est pas sortie de cette ornière.

    e) Contrôle de l’individu par un système de récompenses et de punitions. Ceci n’a pas vraiment disparu du système éducatif, et c’est un moteur efficace du management des entreprises. Voyez le film d’Alain Resnais Mon Oncle d’Amérique. Tout à fait édifiant.

    f) Utilisation de la peur sous forme diffuse et directe pour maintenir dans l’obéissance. Voir plus haut. Pratique assez banale dans un milieu de compétition économique et institutionnelle dans certains régimes politiques.

    g) Étalage émotionnel de flatterie, de séduction affective, invitation à ne pas s’isoler, mais à se fondre avec d’autres dans une communauté festive, fier de son appartenance. Tendance à culpabiliser celui qui resterait en retrait. C’est curieux, ce sont exactement les mêmes arguments que l’on trouve dans la critique de la consommation aujourd’hui ! Ils sont chez Baudrillard.

    h) Annonce de dangers imminents qui induisent un climat de peur assurant une emprise sur les individus et exigeant en retour une adhésion sans faille. C’est presque mot pour mot une description de ce qui a eu lieu dans les médias aux U.S.A. depuis le 11 septembre.

    i) Regroupement dans un contexte émotionnel dans des activités qui cimentent les individus dans un vécu commun. Voilà une définition adéquate pour la téléréalité, les rave-party, pour la transe quotidienne devant les joies du petit écran.

   

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

men des techniques dites de manipulation. Et puis, cela ne ferait que renforcer une psychose de paranoïa sur le monde actuel qui n'éclaire pas la question. Il y a en fait sur cette question deux positions contradictoires :

     - Ou bien on admet que nous sommes tous manipulés. Position d’un psychiatre comme Jean-Marie Abgrall. On admettra alors que depuis l’enfance, dans le cadre familial, dans l’institution scolaire, dans l’imprégnation culturelle, tout être humain est manipulé. Il faudrait déterminer le degré de violence faite à l’individu et repérer celle que nous ne devons pas socialement admettre. Mais comment ? Le moine qui se lève à 6 heures le matin pour faire des prières avant l’activité quotidienne, qui ne regarde pas la télévision est-il « manipulé » ? Plus que le consommateur qui laisse ses enfants huit heures par jour devant l’écran, part faire des courses au supermarché et revient avec un caddie bourré d’objets inutiles ? Faut-il faire une distinction entre manipulation « licite » et manipulation « illicite » ? Si elle était possible, elle serait fondée sur un consensus de l’opinion commune. Si le moine est chrétien, rien à dire, mais s’il est bouddhiste, ou hindou il doit y avoir de la manipulation dans l’air... Même s’ils vivent de manière quasiment identique !

    Rien n’est clair dans ce type de jugement. Le tour de passe-passe se déroule au final dans les mots, suivant le parti-pris de chacun : « techniques de vente » ou « psycho-marketing » ? « Formation politique » ou « propagande » ? « Grand communicateur » ou « manipulateur » ? « Minorités spirituelles » ou « sectes » ? « Information engagée » ou « désinformation systématique » ? « Déconditionnement » ou « lavage de cerveau » ? En bref, le manipulateur, c’est toujours l’autre, celui à qui on s’oppose, dans une dualité brutale bien/mal. A qui profite la dénonciation en pareil cas ? Qui est en jeu dans la réprobation? Nous sommes ici dans le mode de pensée simpliste et réducteur propre à tous les fanatismes.

    - Ou bien, devant l’impossibilité de tracer une démarcation claire, le recours consistera carrément à soutenir que personne n’est manipulé, que la manipulation mentale n’existe pas. Pour un professeur d'histoire et de sociologie des nouveaux mouvements religieux, comme Massimo Introvigne, la manipulation mentale n’est qu’un mythe, une vue de l’esprit ultra-combatif d’associations qu’il qualifie « d’antisectes », qui sont devenues elles-mêmes des sectes anti-secte ! Nous devons reconnaître en tout être humain l’instance de décision qui est la sienne. Le psychisme n’est pas de la pâte à modeler. Le concept même de manipulation par des moyens techniques devient une absurdité. Un être humain ne peut pas être manipulé sans son accord. Un hypnotiseur le sait très bien et il dira que si la personne n’est pas consentante, il ne peut rien faire. Cela fait partie du libre-arbitre humain que de consentir à une aliénation, autant que de vouloir s’en libérer. Personne ne peut se substituer au choix qu’un être humain effectue et c’es

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

 

 

Vos commentaires

     © Philosophie et spiritualité, 2006, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index thématique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.