Leçon 243.  La psychologie de la santé   

    « Freud a découvert la psychologie pathologique… il reste maintenant à faire la psychologie de la santé », c’est ce qu’écrit Abraham Maslow dans un livre datant de 1968, Toward a psychology of Beeing, Vers une Psychologie de l’Être. Curieux programme si nous y réfléchissons un peu. Est-ce à dire que la psychanalyse Freudienne a poussé la psychologie à ne s’intéresser qu’au pathos humain au point de perdre de vue la psychologie de l’homme sain ? Ce serait un bilan assez désastreux qui pourrait expliquer sa désaffection actuelle. Mais, plus radicalement, comment peut-on étudier la maladie mentale si on a aucune idée de ce  qu’est la santé psychique ? C’est absurde. Il faut bien que le psychologue en ait une prénotion, ne serait-ce que pour des raisons liées à la dualité. Dans le champ du relatif, la plupart des concepts fonctionnent par paires.  Sain/malade vont ensemble et non séparément. Celui qui définit un symptôme psychologique comme pathologique doit bien avoir une idée de ce qu’il considère comme un comportement sain.

    Bien sûr, on pourra toujours rétorquer que la santé de l’esprit est quelque chose qui va de soi et qui n’a nul besoin d’être étudié. La santé n’est pas un problème, la maladie si ; et, apparemment, ce qui intéresse les psychologues, c’est avant tout les problèmes ; - à moins que ce soit notre intérêt pour la psychologie qui soit déterminé par nos problèmes-.  L’argument serait bon si nous avions une intuition parfaitement claire de la santé psychique et qu’elle soit si universellement partagée qu’il est inutile de la préciser outre mesure. Mais ce n’est pas le cas. Disons que cela pourrait être vrai sur une autre planète où les comportements seraient moins dysfonctionnels que sur la nôtre. La question est très embrouillée comme ...

     Est-il possible de définir de manière adéquate la santé psychique ? Comment un paradigme de la santé psychique pourrait-il refonder la psychologie?  Maslow a beaucoup été caricaturé par sa récupération dans le management. Nous allons tenter dans cette leçon de lui rendre un peu justice, ainsi qu’à la psychologie transpersonnelle qu’il a contribué à fonder.

*   *
*

A. La psychologie transpersonnelle et l'orientation vers la santé

    « Toutes les époques sauf la nôtre ont eu leurs modèles, leurs idéaux, qui ont façonné notre culture : le saint, le héros, le gentleman, le chevalier, le mystique. Nous avons abandonné tout cela au profit de l’homme bien adapté… voilà un substitut pâle et douteux ». Et si « l’adaptation » est la norme de ce que nous considérons comme psychologiquement sain, nous risquons de complètement pervertir l’idée même de santé psychique. Que peut-il y avoir de « sain » à être parfaitement « adapté » à une société mentalement très dysfonctionnelle ? Et d’où vient une idée pareille ?

    1) Nous avons déjà vu, sur le plan biologique avec Georges Canguilhem, qu’il faut se montrer très circonspect ; l’opposition sain/pathologique doit être distinguée et non pas confondue avec la dualité normal/anormal. La norme est statistique, le normal est dans la moyenne, l’anormal dans ce qui s’écarte de la moyenne. Je suppose que dans une population obèse à 60 % (on y arrive ) n’avoir que 30 kg de graisse en trop est « normal ». Mais ce n’est pas très sain. Si les conduites névrotiques sont le fait de plus 80% de la population, comme elles induisent une réaction inadaptée au réel, nous devons penser qu’une personne inadaptée au réel, mais adaptée au social, doit être considérée comme « saine ». Mais qu’est-ce que veut dire adapté au social? Savoir manier du couteau, s’entraîner dans un club de boxe, gueuler haut et fort  pour se faire respecter quand on vit dans des quartiers difficiles ? Non. Par adaptation on entend une définition limitée ; adapté ne veut en fait pas dire adapté au réel, dans une réponse juste et intelligence à ce qui est, mais avoir une conduite conforme ...

    Mais, ce faisant, nous ne tenons pas compte du vécu personnel. Et c’est là que nous entrons dans le propos de Maslow : si nous voulons comprendre la santé psychique, il faut prendre « pour but la croissance et l’accomplissement de l’être humain et viser le développement intégral des possibilités de l’homme, le libre accomplissement de sa structure intérieure plutôt que sa répression ». Tenons-nous le pour dit, l’essentiel a été formulé. Le concept d’adaptation, tel qu’il est employé dans l’opinion est négatif. Ce n’est pas qu’il soit dépourvu de sens, mais il est trop restrictif et il n’atteste nullement le fait positif par excellence de la santé psychique, l’épanouissement de la conscience de soi. Maslow a creusé la question toute sa vie. Il a même renoncé au concept de psychologie humaniste, trouvant qu’il était insuffisant pour cerner la réalisation de  Soi. D’où sa préférence avouée pour son orientation dans la psychologie transpersonnelle.

    Vu sous cet angle, le questionnement de la psychologie sur le monde change du tout au tout, il est très différent de la position freudienne. Il devient : « Comment favoriser le libre développement de la personnalité ? Quelles en sont les meilleures conditions éducatives, sexuelles, économiques, politiques ? Quel monde faut-il bâtir pour que des personnes saines s’y épanouissent ? Et quel monde vont-elles ensuite promouvoir ? Les malades sont les produits d’une culture pathogène. Une culture saine favorise la santé psychique ». La seule ...est d’améliorer la santé des individus. Tant que ce point ne sera pas assimilé, nous ne ferons que coller rustine après l’autre sur un pneu fragile qui est percé de toutes parts. L’art de coller des rustines s’appelle aujourd’hui la solution technique et il ignore complètement qu’à la racine nos problèmes sont d’abord et avant tout humains avant que d’être « techniques » et tant qu’ils ne sont pas résolus sur le plan psychique, ils produisent nécessairement du chaos.  Le monde n’est que le reflet de nos pensées. Si elles sont chaotiques, alors nous produisons un monde chaotique. Se focaliser sur l’intégrité psychique de l’individu est essentiel et l’approche de la psychologie inaugurée par Maslow a ceci de particulier qu’elle cherche à redonner du pouvoir à chacun sur sa propre vie. Inversement ; si, avec Freud, nous nous focalisons sur le pathos ; nous nous mettons d’emblée en situation d’impuissance et de dépendance, car « il est très difficile de se guérir soi-même de ses pulsions pathologiques ou de ses obsessions ». Il est plus aisé d’exercer le pouvoir que nous avons en nous même et sur nous-même, en prenant notre vie en main, pour en faire un chemin de réalisation de soi. Choisir cette orientation est libérateur. Prenons le concept de surmoi chez Freud. Outre qu’il s’agit d’une fragmentation inutile du psychisme, alors qu’il n’est qu’un aspect de l’ego, le surmoi implique que l’idéal est à rechercher dans l’autorité parentale. « Freud suppose que le surmoi… est constitué par l’intériorisation des désirs, souhaits et idéaux du père et de la mère, quels qu’ils soient en eux-mêmes. Supposons que ce soient des criminels. Quel genre de conscience va avoir l’enfant ? Et dans le cas où le père est un moralisateur dénué de tout sens de l’humour, ou un psychopathe ? ».

    C’est une situation dont l’enfant en grandissant doit apprendre à se relever, et chacun de nous doit sortir du conditionnement reçu et ce n’est possible que par un autre forme de conscience que celle qui est imprimée dans la dépendance. Quelle forme de conscience ? Celle qui réside dans l’intériorité, la conscience de soi qui émerge dans la perception préconsciente « de notre propre nature, de notre destinée, de nos capacités, de notre vocation ». « Elle demande que nous acceptions notre nature intérieure, que nous ne la refusions pas par faiblesse, par intérêt, ou pour toute autre raison. Celui qui est doué pour la peinture et qui vend des chaussettes, celui qui est intelligent et qui mène une vie stupide, celui qui sait la vérité et qui n’en dit rien, … tous ceux-là perçoivent profondément qu’ils ne sont pas vrais avec eux-mêmes et ils se méprisent eux-mêmes ». Et la conséquence de cette autopunition est une névrose programmée. Ce qui veut dire qu’il faut se méfier des distinctions trop faciles entre santé et maladie psychique, car dans ce cas c’est une sorte de maladie de croissance pour l’intériorité qui est réprimée ; que saute les blocages, et nous verrons ce que produit l’indignation véritable, le courage, le respect de soi d’avoir –enfin – fait ce qu’il fallait, en s’autorisant à être soi. Inversement, l’absence de symptômes apparents chez celui qui est très « intégré » socialement ne veut pas dire qu’il n’y ait pas un déséquilibre profond de la personnalité. « Parmi les nazis d’Auschwitz et de Dachau, lesquels étaient en bonne santé ? Ceux qui avaient la conscience tranquille ou les autres ? »

    _________________________________________________________________________________________________________________

 

    2) Est-ce à dire que la psychologie transpersonnelle milite pour une sorte d’engagement semblable à celui que prône l’existentialisme ? Le Livre de Maslow que nous venons citer date de la même époque. Ce type de psychologie se caractérise par .... Nous en avons vu le prolongement chez Ken Wilber. Maslow retient de l’existentialisme le concept d’identité, ainsi que la valeur d’une démarche phénoménologique fondée sur l’expérience personnelle. Il souligne la situation précaire de l’époque contemporaine, situation élevée jusqu’au tragique dans l’existentialisme,  une époque caractérisée par « l’effondrement des valeurs extérieures à l’individu ». Mais, tandis que les existentialistes européens ont suivi la pensée de Nietzsche sur la mort du dieu moral, jusqu’à la mort de Marx ; les psychologues américains de leur côté ont suivi un chemin différent. Ils « ont appris que la démocratie politique et la prospérité économique n’apportent pas de réponse aux problèmes des valeurs fondamentales. Il n’y a alors pas d’autres solution que de se tourner vers l’intérieur, vers le soi comme lieu des valeurs ». D’où l’importance cruciale de la question de l’authenticité. L’authenticité implique que « chaque personne, par la force des choses, assume une relation nouvelle avec les autres et avec la société en général. L’homme est plus ce qu’il est. Il est plus que … Il devient de plus en plus membre de l’humanité et pas seulement un élément d’une groupe local ».

    Il y a cependant un certain nombre de critiques que nous pouvons déjà deviner. L’erreur de certains existentialistes est qu’ils « insistent trop unilatéralement sur la construction du moi par le moi » et pas assez sur le dépassement du moi. (texte) D’où l’importance de expériences verticales dans l’existence, expérience que Maslow appelle « paroxystiques ». Nous ajouterions en général que l’existentialisme ne comprend guère comment fonctionne l’ego et il ne voit pas que les constructions mentales du moi ne font que maintenir sa structure. Ils se fait de l’ego une idée toute spéculative, sans l’observer de près.  Le moi résiste au changement qui le propulserait au-dessus de lui-même. Il ne veut pas changer du tout. Maslow note que la plupart des problèmes psychologiques sont de l’ordre des résistances au changement qui vont dans le sens de la réalisation de soi. « La plus grande partie de ce que nous appelons actuellement psychologie est constituée par l’étude des ruses que nous employons pour éviter l’anxiété de la nouveauté en faisant croire que le futur ressemblera au passé ». L’observation est profonde. Il est naïf de rechercher dans l’ego une puissance capable de délivrer un épanouissement véritable.  Nous avons vu  que l’idée même d’un « moi » accompli est une lubie. Mais que le moi puisse être le véhicule d’un dépassement en direction de l’âme a du sens.

    Sartre parle lui du « « moi comme un projet » qui est entièrement créé par des choix successifs (et arbitraires) de la personne elle-même, comme si elle pouvait se faire elle-même ce qu’elle a décidé d’être ». Maslow y voit une affirmation exagérée, en contradiction flagrante avec ce que la psychologie constitutionnelle nous apprend. Ce qui parle par contre à la psychologie transpersonnelle c’est l’insistance que l’existentialisme met sur « la dimension de sérieux et de profondeur de l’existence (ou le tragique de la vie) en opposition avec la légèreté de défense contre les problèmes ultimes posés par l’existence… Le tragique peut parfois être thérapeutique et la thérapie sembler souvent plus efficace lorsque les gens y ont été conduit par la souffrance. C’est quand la vie superficielle ne satisfait pas que l’on se pose la question et que l’on fait appel aux réalités profondes ». « L’attention portée par les existentialistes sur la personnalité authentique aide à démasquer cet aveuglement général, ce mode de vie fondée sur l‘illusion ». Par contre, la glose permanente de l’existentialisme sur l’angoisse, le goût grandiloquent pour le désespoir sont très suspects. Ce n’est rien d’autre qu’une posture égotique. Le désespoir n’est pas le signe d’un accomplissement, « la manifestation du désespoir à l’échelle mondiale apparaît parce que manque une source extérieure de valeur ». Cependant, il arrive parfois – bien que cela ne soit pas indispensable – que « la découverte de l’identité, à travers la souffrance d’abord », puisse « conduire à la force et à la joie ». Or le fait que les existentialistes « ne fassent mention d’aucune expérience exaltante, d’aucune expérience de joie ou d’extase, ou même de bonheur, conduit à supposer qu ces auteurs sont des gens qui n’ont jamais connu la joie ». Ils sont plutôt mal placés pour nous parler de l’accomplissement du potentiel humain, car la joie accompagne les plus hautes réalisations.

B. Une hiérarchie des besoins et des désirs

    Commençons par une rectification liminaire : la fameuse « pyramide de Maslow » que l’on trouve partout dans les livres de marketing n’existe nulle part dans les oeuvres publiées par Maslow, c’est une reconstruction pédagogique des commentateurs, avec toutes sortes de déformations à des fins managériales. Même si l’image est parlante, en fait elle ne rend pas exactement l’idée d’une hiérarchie des besoins et des désirs, (texte) surtout, elle est trop statique, elle va à l’encontre des thèses de Maslow sur dynamisme psychique. Elle présente toutefois l’intérêt de mettre l’accent sur la complexité humaine. Nous dirions le corps, l’esprit et l’âme ; mais depuis le niveau prépersonnel le plus organique, en passant par le plan mental personnel, jusqu’au plan transpersonnel, il existe ... mélanger à d’autres et encore moins nier. Ce que Maslow explore c’est l’importance des satisfactions propre à l'être humain dans toute leur variété et leur richesse. Que peut-il y avoir de plus sain que de faire une expérience complète de la vie dans les satisfactions qu’elle nous offre ? Pour rassembler les notes de Maslow, il vaut mieux pratiquer des distinctions entre plusieurs niveaux.

    1) Les besoins organiques tout d’abord. Ceux qui ont trait à la survie physique. Ils sont normalement régulés par l’homéostasie. Nous avons vu que le besoin est lié à la  tendance à la conservation de soi de la vie biologique. S’il est un instinct primordial, c’est bien celui qui nous attache à la vie, et c’est heureux, car il nous oblige à prendre soin du corps propre ; on peut dire qu’en retour le corps nous gratifie de satisfactions vitales. Le corps peut aussi parfois nous rappeler à l’ordre, non par des mots, mais par des sensations spécifiques. En effet, la privation d’un besoin se traduit par un état pénible ;  respectivement : l’étouffement, la soif, la faim, la fatigue, le froid ;  pour la privation de fonctions telles que respirer, boire, manger, dormir, avoir assez  chaud etc. Nous avons évoqué les messages subliminaux du corps que nous ferions mieux d’écouter. Que les besoins se rattachent à la survie est une évidence que personne ne discute, et cela d’autant plus que nous avons plaçons notre identité dans le corps. Suivant le dicton : « ventre affamé n’a point d’oreille », il est compréhensible qu’une personne dont les besoins ne sont pas satisfaits, qui souffre de la privations,  de faim, de la maladie, d’un air insalubre etc. ne peut décemment être libre pour des niveaux supérieurs de satisfaction. Du moins, sommes en droit de souligner que les besoins physiologiques élémentaires de tout être humain sur Terre devraient être assurés. Cela fait partie des Droits de l’Homme. Ce plan matériel  est malheureusement aujourd’hui totalement conditionné par l’argent, devenu la seule voie d’accès possible à la satisfaction des besoins primaires.

    2) Les besoins en rapport avec la sexualité. Une vie active, pleine d’énergie et une sexualité saine font partie de l’équilibre de l’être humain et bien sûr, cela fait partie des satisfaction de l’existence. Si on suit l’analyse de Freud, sur le plan le plus élémentaire, il faut croire que la libido fait du sujet un être émettant, comme le pseudopode de l’hydre, un produit urticant pour attraper une proie, l’autre comme objet. Comme l’opération est réciproque, elle est acceptable et sert à nourrir chez les partenaires un besoin qui procure une satisfaction. Mais ne soyons pas romantiques, il est d’abord lié inconsciemment au .... Avec un degré de conscience plus élevé, la sexualité de besoin se transforme en désir. Chez un être humain accompli, la « La sexualité peut être la source  d’un plaisir extrême, plus intense que pour un individu moyen, tout en ne jouant pas un rôle prépondérant dans leur philosophie de la vie ».

    3) Les besoins sociaux de protection et de sécurité. Celui d’un abri et d’un confort matériel : «  sécurité, stabilité, dépendance, protection, libération de la peur, de l’anxiété et du chaos, besoin d’une structure, de l’ordre, de la loi et de  limites, sentiment de force parce qu’on a un défenseur, etc. » C’est l’étage du vital qui cherche peu à peu à s’affirmer dans un pouvoir sur le plan matériel. En raisonnant à l’inverse, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il ne peut y avoir de satisfaction à ne faire que survivre dans le monde sans pouvoir vivre véritablement. Indéniablement il y a une vraie satisfaction à vivre en se sentant en sécurité, dans un monde ordonné, libre de la peur.

    4) Le désir de reconnaissance et ses différentes formes est lié à ce que Maslow nomme le besoin d’appartenance à un groupe : peur de la solitude, l’appétit de rencontres, de  relations d’attachement au sens exact, Maslow y revient, d’être accepté dans un clan. D’avoir des conversations avec d’autres, même si ce ne sont pas encore de vrais échanges. Si l’homme y trouve une satisfaction, il y rencontre aussi la dépendance. « L’homme qui a besoin de combler un manque est beaucoup plus dépendant des autres que celui qui est motivé principalement par le désir de développement… Cette dépendance colore et limite les relations interpersonnelle ».

    5) Le désir de partager avec d’autres au niveau du cœur : les sentiments, les émotions, la satisfaction de recueillir l’estime des autres et de vivre dans la relation bref le besoin d’amour qui est à distinguer nettement du besoin d’appartenance.  Ici nous sommes au-dessus des relations fondées sur l‘utilité, mais sur « une perception de l’autre, vraiment désintéressée, exempte de désir, objective, devient possible lorsque que l’on n’a pas besoin d’une objet procuré par l’autre et lorsqu’on a pas besoin de l’autre ». A ce niveau, le regard change, «l’approbation, l’admiration et l’amour sont alors basés moins sur la gratitude pour un « service » rendu que sur les qualités intrinsèques de la personne ».  

    6) Le désir de grandir dans l’estime de soi et la confiance en soi. Le sentiment d’être utile, d’avoir de la valeur : tout l’ordre des désirs qui servent le développement de l’autonomie, qui mènent à la maturation des aptitudes intuitives. Il s’agit ici pour l’individu de se constituer un ego plus signifiant qui sera renforcé au contact d’autrui pour développer un sens de la valeur personnelle. Ce point est habituellement négligé quand on ne regarde que la production objective, mais il faut noter qu’il y a une grande satisfaction à développer une compétence, comme apprendre un instrument de musique, à réaliser une performance. L’individu tente par là de définir son utilité dans le monde, il développe et renforce un

  7) Le désir de réalisation de Soi. Ou désir d’épanouissement, de dépassement, de développement de la créativité, des connaissances et des valeurs (texte) est encore au-dessus et différent, parce qu’il n’est plus excentré, mais porté par un sens de l’auto-référence. « De telles personnes deviennent de plus en plus autonomes et indépendante. Elles sont déterminées d’abord par des motifs intérieurs et non par des influences de l’environnement ou de la société, c’est-à-dire par les lois de leur propre nature, leurs capacités et possibilités, leur talents, leur ressources latentes, leurs énergies créatrices, leur besoin de se connaître elle-même et de devenir de plus en plus intégrées et unifiées, de plus en plus conscience de ce qu’elles sont réellement, de ce qu’elles veulent réellement, de ce qui est leur vocation ». C’est le point focal de l’analyse de Maslow et ce sur quoi il insiste le plus longuement. Il a très clairement élaboré la gradation prépersonnel-personnel-transpersonnel, quand il s’agit de réalisation du Soi, il faut très clairement comprendre « au-delà de la constitution d’un ego ». C’est ce qui permet de comprendre la conscience-témoin. A une personne en voie de réalisation de soi dit Maslow, il « est possible de prendre… une attitude qui n’évalue pas, ne juge pas, n’intervient pas, ne condamne pas, d’être à leur endroit sans choix et sans désir. Cela permet une appréhension beaucoup plus pertinente et une compréhension bien plus réelle ».

    2) Encore une fois, Maslow n’a pas proposé cette image de la pyramide, c’est une reconstruction postérieure qui souffre d’inconvénients rédhibitoires. Elle donne à penser qu’il y a un chemin (très difficile) à gravir la pyramide pour « atteindre » quelque chose (il faudra beaucoup de temps), le « soi » (le bonheur). Cela n’a aucun sens. Il est impossible « d’atteindre » ce que je suis, je suis déjà ce que je suis, ce n’est que par inattention et par inconscience que je m’éloigne de la Vie qui est en moi. Je ne peux vivre délibérément, qu’en étant davantage conscient, davantage dans la coïncidence avec Soi, au lieu de m’égarer sans cesse dans le monde.

 

_________________________________________________________________________________________________________________

 

la consommation, la recommandation devient : « soyons d’abord un consommateur efficace »… et le reste viendra après (!) seulement si nous pouvons satisfaire nos besoins de base. (En fait, le reste ne viendra jamais et la plupart des humains resteront au niveau du local des poubelles). Et les gens adoptent ce point de vue avec une naïveté confondante, car il est en permanence répété ou suggéré. Il finissent par croire qu’il suffit « d’assurer » au niveau 1, 2, 3 pour être « heureux ». Ce qui ne marche jamais, car un être humain accompli l’est dans ce qui est sa dimension la plus centrale, dans une expansion de conscience continue et dynamique. D’ailleurs, arrivé à un certain âge qu’il s’agit avant tout de vivre la vie pleinement. En prenant des risques. Un peu de sens de l’observation montrera que les êtres humains les plus créatifs ne sont pas ceux qui ont été dorlotés dans le confort. Ils ont souvent été dans la Passion indifférents au niveaux 1, 2, 3. Certaines personnalités ont un désir de réalisation si puissant, qu’il n’y a même plus satisfaction des besoins physiologiques : Marie Curie trouvée plusieurs fois inanimée par manque de nutrition dans ses études de médecine. Et combien d’artistes travailleurs acharnés ? Combien de personnes dévouées au service d’autrui ne comptant plus leur temps ni même leur sommeil ? Mieux, si on prend l’exemple du SDF, on s’attendrait à ce qu’il confirme massivement le concept pyramidal, mais si nous y regardons de plus près, qu’est-ce qui est le plus dramatique pour un être humain qui vit dans la misère ? La réponse du SDF est : se sentir rejeté hors de la communauté humaine, se sentir moins que rien sous le regard des autres, pas humain. En fait les niveaux 4, 5, ont une énorme importance ! Si un être humain ... retrouve du sens, à côté, la maigre pitance, le fait de dormir sous un pont devient presque… supportable.

    Et il y a le cas stupéfiant des mystiques, (texte) l’amour de Dieu est, comme le dit Simone Weil, dans Attente de Dieu, est la Passion des passions, une Passion si brûlante qu’elle peut effacer tout autre besoin. Et il serait ridicule d’imaginer une sorte d’échelle à travers les degrés précédents pour y conduire. C’est faux et nous avons beaucoup de contre-exemples. Maslow a lu de près William James, Les Variétés de l’Expérience religieuse, et il a consacré des pages et des pages à la réalisation de Soi. Bien sûr, on pourra toujours convoquer Aristote pour ...  ce qui n’est qu’une moitié de vérité, la moitié bourgeoise. Mais le fait d’avoir le pain, le couvert, le confort

    Il n’empêche qu’il existe bel et bien des différences entre les niveaux et Maslow et sur le détail de ces différences Maslow est particulièrement pertinent. Il remarque que les besoins de sécurité, de propriété, de relation, de considération, ne pouvant être satisfaits que par les autres, mettent l’individu dans un état de dépendance à l’égard du monde extérieur. Et « on ne peut pas dire qu’une personne qui se trouve dans cette situation de dépendance qu’elle se gouverne elle-même et qu’elle contrôle son propre destin. Elle est dépendante des personnes qui lui fournissent la réponse à ses besoins. Leurs désirs, leurs caprices, leurs règles et leurs lois la gouverne et e

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

 

________________________

 

Vos commentaires

Questions:

1. Qu'est-ce que la santé mentale?

2. Est-il pertinent d'aborder la question de la santé d'un point de vue exclusivement biologique?

3. La notion d'accomplissement de soi peut-elle être strictement personnelle?

4. En quoi l'image de la pyramide est-elle insuffisante?

5. Faut-il parler d'une ou de plusieurs psychologies?

6. Le béhaviourisme conserve-t-il un sens dans une psychologie de la santé mentale?

7. Comment formuler la différence entre "psychologie humaniste" et psychologie transpersonnelle"?

 

  © Philosophie et spiritualité, 2014, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index analytique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.