Leçon 193.  La joie sans condition     

     Nous avons vu que la conscience habituelle, que nous appelons vigilance, est dominée par l’objet. La vigilance est ek-statique. Il est donc tout à fait normal que notre besoin de contentement se reporte sur les objets, car nous pensons qu’ils sont la condition d’un contentement véritable. De là suit que nous avons tendance à identifier le bonheur au plaisir. Pour la même raison  - et dans la foulée - nous identifions le bonheur à la satisfaction des désirs. Une fois ces croyances inconscientes installées, elles produisent et reproduisent toutes sortes de fantasmes. Il ne saurait y avoir de plus grand bonheur que de vivre sous l’arbre qui exauce tous les désirs ou d’entrer en possession de la lampe d’Aladin, pour avoir un génie à sa disposition ! Mais notre vie réelle est bien différente, il nous faut lutter lutter  durement pour "obtenir" le bonheur, ou bien, en cas d’échec, nous résoudre à nous ménager quelques compensations, sans pour autant abandonner sa poursuite.

    Dans ces conditions, la vie, c'est pas la joie ! C’est une lutte constante, des déceptions sans nombre émaillées de quelques rencontres heureuses, très volatiles (doc) il est vrai. L’univers ne consent que très rarement à coïncider avec nos désirs. Nos joies sont rares et éphémères, nos souffrances plus fréquentes et continues. C'est ce que dit Schopenhauer. (texte) C’est ce qui explique la nostalgie de l’enfance chez les écrivains. Enfant, nous savions très bien ce qu’est la joie, enfant nous éprouvions une joie d’être sans autre cause que nous-mêmes. Mais il nous semble impossible de la retrouver. D’ailleurs l’idée même d’une joie sans condition est incompatible avec notre conscience habituelle. Si nous la rencontrons, c’est pour la rejeter avec une pointe de cynisme ou de mépris : « c’est le bonheur de l’imbécile heureux ! ». ; ce qui veut dire : "Je préfère ma souffrance... plutôt qu’un bonheur à la Forrest Gump !"

     Revenons donc sur cette question. Peut-il y avoir une joie sans condition? Peut-il y avoir une joie qui soit un état d’être ?

*  *
*

A. Plaisir, joie, gaieté et motivation

    Revenons

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

Vos commentaires

Questions :

1.       Entre ces deux expressions "choisir le bonheur" ou "choisir la joie", quelle est la plus pertinente?

2.       Comment se fait-il que dans l'opinion on ne comprend pas qu'il peut y avoir joie même s'il n'y a aucune attente?

3.      Qu'est-ce qui distingue la joie, de la gaieté et du plaisir?

4.       En quel sens la joie peut-elle être reliée à un acte? Sous quelle forme?

5.       Sous prétexte que l'on dit que l'on parle de bonheur de l'imbécile heureux, faut-il penser que la joie est-elle sans intelligence?

6.       Comment comprendre qu'un être humain puisse refuser la joie?

7.       Peut on imaginer un instant une joie véritable qui serait sans amour?

 

    © Philosophie et spiritualité, 2009, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index thématique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.