Leçon 214. Le pouvoir politique et les puissances de l’argent   

    Tout au long des leçons précédentes, nous avons souligné à quel point depuis des décennies l’économie à pris le pas sur la politique. Il n’est aujourd’hui de langage, de programme politique, d’idéologie que dans le registre des sirènes de l’économie. Le bien de tous a cessé d’être envisagé dans un idéal  ouvert sur le développement d’un plus un haut niveau de conscience de l’humanité, des conditions de vie décente pour tous, un degré élevé d’intégrité, la contribution au bien être humain au sens large, un niveau d’éducation plus étendue, ou une richesse de culture. Ne demeure qu’une rengaine obsessionnelle, un concept coulé dans une pensée unique… « le taux de croissance ».

    Il s’agit en fait de la manifestation extérieure, de ce qui sourdement se déroule de l’intérieur. Une emprise du pouvoir de l’argent qui est devenue telle qu’elle dicte partout les conditions de l’action politique. Mais jusqu’où et à quel degré ?

    Par exemple, on a tout fait pour « satisfaire le marché », mais il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas voir justement que cela ne marche pas, que nous sommes en situation d’échec qui conduit tout droit vers une faillite généralisée. L’expression qui revient le plus souvent chez les commentateurs qui sortent de la langue de bois officielle, c’est : « on va droit dans le mur ». Dans ces conditions, comment comprendre l’obstination des dirigeants à persévérer dans une logique qui exige du peuple de plus en plus de sacrifices ? Pourquoi le pouvoir politique en vient-il à dépendre entièrement du pouvoir financier ? L’argent est-il le pôle d’attraction véritable du pouvoir politique ? Ou bien, est-il seulement un moyen au service de la volonté de pouvoir?

*   *
*

A. Intrications, implications

    Quand, en philosophie politique, nous mettons le mot « pouvoir » au pluriel, nous désignons soit « les pouvoirs » au sens des pouvoirs structurels de l’État, ou bien on entend les pouvoirs rivaux entrant en conflit avec le pouvoir politique lui-même : pouvoir de l’armée, pouvoir de l’argent, pouvoir de la presse, pouvoir religieux, ainsi qui les pouvoirs sociaux en général, comme les syndicats, les partis, les associations etc. Machiavel nous a appris qu’il appartenait au pouvoir politique de faire prévaloir en toutes choses l’intérêt supérieur de l’État, ce qui implique la justification déjà discutée plus haut de la raison d’État. Que l’on se place du point de vue idéaliste, ou du point de vue réaliste, tout empiètement, des pouvoirs rivaux ou des pouvoirs sociaux sur le pouvoir politique crée un déséquilibre. Nous connaissons dans notre histoire le péril de la collusion entre pouvoir religieux et pouvoir politique. Nous savons qu’il n’est pas bon que la totalité des organes de presse et des mass medias soit à la botte du pouvoir politique. On a vu lors de la dernière guerre ce qu’il en est quand des partis se militarisent, forment des milices qui concurrencent la police d’État. Un coup d’État de la part de l’armée, ce n’est jamais bon pour un peuple. Mais la collusion entre le pouvoir de l’argent et le pouvoir politique est moins facile à repérer, parce que les frontières sont très floues. Le risque tient-il au régime politique ou à l’exercice du pouvoir lui-même ?

   1) Dans La République, Platon montre que lorsque le sens de l’honneur qui fait la timocratie se délite, c’est la séduction de la richesse qui vient prendre sa place. Les valeurs qui supportent la société politique se modifient et on passe de la timocratie à l’oligarchie. Si toute société s’édifie sur le fondement des croyances collectives des hommes qui la composent, toute société partage aussi collectivement des valeurs qui font l’objet d’une adhésion. Quand le sens de l’honneur disparaît et que seul prédomine le culte de l’argent, nous devrions immédiatement en déduire que nous sommes passé de la timocratie à l’oligarchie. Il est tout à fait remarquable, comme nous l’avons montré ailleurs, que pour Platon, ce sont les contradictions internes de l’oligarchie qui vont précipiter sa ruine. Un régime oligarchique vénère la puissance de l’argent et sa conception du pouvoir l’oriente dans une seule direction : détourner le bien commun vers l’accroissement du profit de quelques uns. « Les citoyens finissent par devenir avares et cupides ; ils louent le riche, l’admirent et le portent au pouvoir, et ils méprisent le pauvre ». Ayant perdu de vue le bien commun, le pouvoir politique va dériver dans toutes sortes d’erreurs. En cherchant à favoriser les riches, il appauvrit les pauvres et il se trouve de lui-même peu à peu entraîner à son propre renversement. Ce que dit Platon, c’est que les riches ne sont pas compétents pour gouverner parce qu’ils ont tendance à détourner le bien commun vers le profit personnel. Platon compare le pouvoir politique à la manière de piloter un bateau, le riche ne sait pas tenir correctement le gouvernail. La compétence pour mener des « affaires » n’est pas du tout la même que la compétence pour gouverner. Le régime oligarchique va donc malgré lui engendrer une opposition de classes. Les riches vont s’isoler et accroître leur richesse. Les pauvres vont être relégués et seront de plus en plus pauvre. La Cité ne sera plus unifiée, mais divisée contre elle-même. Platon dit que les pauvres et les riches habitent le même sol, mais ils conspirent sans cesse les uns contre les autres. D’où un éclatement inévitable à termes. Et c’est ainsi que la logique du devenir des régimes politiques veut que l’on bascule nécessairement depuis l’oligarchie vers la démocratie. Le peuple opprimé, écrasé par les excès et les contradictions de la politique de l’argent va s’insurger, renverser les riches et s’emparer du pouvoir. « La démocratie apparaît lorsque les pauvres ayant remporté la victoire sur les riches, massacrent les uns, bannissent les autres, et partagent également avec ceux qui restent le gouvernement et les charges publiques ». Notons pourtant que pour Platon c’est un mouvement temporel de dégradation, car le régime idéal que Platon a en vue, la Constitution parfaite, est une utopie intemporelle.

   

_________________________________________________________________________________________________________________

 

revendiquent haut et fort leur attachement à la démocratie et elles se définissent comme des démocraties. Où est l’erreur ? Se pourrait-il que la démocratie ne soit que de façade et qu’en réalité nous vivions dans un régime oligarchique qui ne dit pas son nom ? En langage platonicien on dirait que l’opinion "démocratique" dans laquelle les hommes pensent est le discours d’un esprit enfermé dans la caverne qui ne voit que les ombres qui défilent sur le mur, ombres qui se dupliquent dans les illusions du discours des médias, relayés par des politiques peut être eux-mêmes dupes de ces mêmes illusions. Les objets réels que le prisonnier ne voit pas seraient les machinations des puissances de l'argent qui agissent dans son dos.

    2) Maintenant, dans un registre purement fonctionnel, que l’exercice du pouvoir politique soit intrinsèquement lié au pouvoir de l’argent, personne ne le contestera. Cela se voit du début à la fin.

    Il faut réunir beaucoup d’argent pour financer une campagne électorale. Les États-Unis sont champions du monde en la matière. Quand ce n’est pas un financement public, où peut-on trouver de l’argent, si ce n’est là où il est présent en abondance ? Auprès de riches donateurs, ou des entreprises commerciales opulentes. Or de ce côté-là, le risque, c’est que pour les puissances de l’argent ce soit une sorte de placement ou de levier en conformité avec leurs intérêts. « Je veux bien financer votre campagne… mais à condition que vous vous engagiez en retour à... » !  Sans aller jusque là, sur l’exemple des États-Unis, on voit bien qu’il n’y a plus de différence logistique entre une campagne électorale et une campagne publicitaire de sponsorisation d’un événement (par exemple sportif). Or on n’a jamais vu une marque s’engager sans qu’elle n’y cherche le moyen de se faire valoir pour obtenir ensuite un retour d’investissement sur ses ventes.

    Une fois élu, le politique touche un traitement de la part de l’État. Au niveau local du maire on est quasiment dans le bénévolat, mais plus on s’élève dans la hiérarchie politique, plus le salaire est conséquent, plus la connivence avec l’argent devient étroite, plus les tentations se multiplient. Second risque : que la volonté politique devienne de plus en plus vénale au fur et à mesure que l’homme politique s’installe dans une carrière. C’est surtout à ce stade que l’on parle de corruption. Il y a corruption à partir du moment où l’exercice de la  fonction politique est détournée pour remplir le compte en banque d’un responsable et satisfaire les intérêts d’un groupe de pression. Contre le bien commun. Peut-on mesurer la corruption ? Par définition il est quasiment impossible d’en retracer l’histoire, car les pots de vins, les malversations, les trafics d’influence, les magouilles laissent le moins de traces écrites possibles. Dans les pratiques malhonnêtes, on détruit tout ce qui pourrait constituer une preuve. Or, sans preuves le journaliste et l’historien sont obligés de se contenter des témoignages et pour cela, il faut qu’éclatent des scandales. Un scandale ne peut éclater que s’il existe dans la conscience des peuples une forte revendication d’intégrité morale et un degré élevé de transparence. En l'absence de l’une et de l’autre, c’est le règne sourd des compromissions malsaines que personne ne dénonce, mais qui deviennent une habitude invétérée. Graisser la patte des responsables pour obtenir ce que l’on veut. Le degré de corruption qu’ont atteint nos sociétés est endémique et partout très élevé sur cette planète. On peut sans hésitation affirmer qu’à l’échelle du monde dans son ensemble, jamais la corruption n’a été aussi répandue, c’est un cancer universel qui empoisonne tous les échanges. Inversement, on doit souligner qu’en raison de cet état de fait, nous sommes devenus beaucoup plus exigeants dans nos attentes vis-à-vis des politiques. La conscience, l’intégrité, l’honnêteté et la sincérité seront les qualités des dirigeants à venir, ceux qui seront capables de redonner à la fonction politique sa véritable signification, en dehors de la corruption actuelle.

    Enfin, quand le politique quitte la sphère publique pour retourner à la sphère privée, que fait-il ? ... Ce qui est plus grave, plus symptomatique et tout à fait révélateur du monde dans lequel nous vivons, c’est la destination de retour des élus public. Un circuit semble établi et qui n’a fait que s’amplifier.  C’est un va et constant  des responsables: des banques vers la politique, de la politique vers les affaires et retour. Entre BNP, Goldman Sachs, Rothschild et compagnie, c’est un pontage intempestif qui dure depuis plus d’un siècle, alors que dans une démocratie qui ne serait pas contaminée par l’affairisme il nous semblerait plus normal que la corrélation soit établie entre l’élite de l’éducation et la politique. Enfin, c’est ce que Platon dirait. Mais pas du tout ce que nous voyons.

B. La politique des plus noirs desseins

Considérons maintenant l’hypothèse la plus sombre, ou même disons-le carrément, la plus paranoïaque. Elle consiste à soutenir ceci :   dans son orientation la plus cynique, le pouvoir politique a toujours été lié au pouvoir financier. Mais il ne cherche qu’à s’accroître de lui-même comme pouvoir, par la domination des hommes et leur asservissement. Le pouvoir financier est seulement un moyen au service de la volonté de puissance. Il n’est donc pas du tout « Souverain » dans le sens habituel, très idéaliste, que lui donne la philosophie politique. En réalité, la souveraineté politique des peuples est un fantasme qu’on doit leur servir pour leur faire croire qu’ils y ont droit dans un régime dit « démocratique ». On peut décliner cette interprétation en deux versions : celle du conspirationnisme et celle du machiavélisme achevé.

    1) Pour le conspirationnisme, cela fait des siècles que les "force de l'ombre" manipulent l’humanité. Les romans dans le style du Da Vinci Code et le cinéma ont beaucoup brodé sur le thème. Celui d’une élite appelée les « illuminati » qui contrôleraient le pouvoir politique en coulisse. Il s’agit à l’origine d’une confrérie occulte créé en 1776 par un certain Adam Weisshaupt et qui se serait perpétuée par la suite sous la forme de différentes loges. Elle serait liée directement à la franc-maçonnerie, à qui elle emprunterait ses rites et ses grades. Son but serait d’infiltrer tous les secteurs politiques de la société et de former les esprits à la nécessité d’établir un « Nouvel Ordre Mondial », Novus Ordo Seclorum, qui serait entre les mains de ses seuls initiés. Elle compterait parmi ses membres des banquiers internationaux, des industriels, des hommes de science, des dirigeants militaires, des politiques dévoués, des éducateurs, des économistes, etc. Tous auraient souscrit à un "Plan Luciférien" pour gouverner le monde. Les conspirationnistes ne manquent pas de montrer à l’appui de leurs thèses une numérologie secrète cachée partout, à consonance biblique, tel le 666 dit de « la Nouvelle Babylone ». Ils pointent aussi du doigt toutes sortes de symboles ésotériques, tel l’œil dans le triangle du dollar américain, les dragons etc.

    On citera comme justification Les Mémoires de David Rockefeller qui se défend en écrivant : « Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être ».  Du même David Rockefeller on citera encore un discours prononcé en juin 1991, lors d’une réunion de la Commission Trilatérale, à Baden Baden : « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés ».

Le « Nouvel Ordre Mondial » viserait la réduction drastique de la population mondiale et manipulerait dans les coulisses l’Histoire pour favoriser les destructions, les crises et les guerres. Son ambition ne serait pas de viser à atteindre un sommet de richesses, car il l’aurait déjà obtenu, mais d’obtenir la jouissance d’un contrôle total sur l’humanité. Ils incarneraient le profil de ce que nous avons appelé ailleurs le niveau 0, infra-humain, en matière de conscience morale.

Selon le conspirationnisme, il faudrait chercher derrières les initiatives les plus importantes prises par les politiques dans le monde les machinations de ceux qui dans l’ombre tirent les ficelles. Toujours dans la même direction, le conditionnement humain et sa mise en servitude. Les politiques, qu’ils soient « démocrates » ou « républicains », de « droite » ou de « gauche », ne serait que des pions sur un jeu d’échecs mondial et la main qui les déplace serait celle d’une organisation occulte. Il faudrait donc raisonner dans la théorie du complot  pour déchiffrer les événements dramatiques majeurs dont notre histoire est parsemée et retrouver les marques d’une conspiration universelle. Dans cette perspective, la faillite des États et le chaos économique seraient, de la part des maîtres du monde, soit directement voulus, afin de permettre une prise de contrôle totale impliquant la visée d’un génocide de l'humanité ; ou bien, s’ils ne parvenaient pas à leurs fins, ce serait une politique de la terre brûlée.

2) Seconde hypothèse, celle que nous appellerons machiavélisme achevé. En bref, elle pourrait se formuler ainsi : Il faut distinguer les fantasmes ésotériques de la conspiration de l’histoire réelle, mais concéder que dans les faits, la violence du pouvoir politique a le plus souvent été au service des puissances de l’argent. Si on regarde ce qui s’est produit dans les cinquante dernières années, on ne peut douter du fait que le pouvoir politique s’est servi de l’opportunité des crises et des désastres pour imposer les programmes les plus destructeurs du capitalisme ultralibéral.

C’est la thèse défendue par Naomi Klein dans La Stratégie du Choc. Au chapitre 3, elle cite Machiavel dans Le Prince : « le mal doit se faire en une seule fois, comme on a moins de temps pour y goûter, il offensera moins ». Machiavel disait que le bien doit se distribuer par petites doses et dans la durée pour qu’il soit apprécié du peuple, mais quand il s’agit d’effectuer des réformes violentes, il faut agir tout d’un coup. Comme lorsque l’on veut briser la volonté d’un prisonnier sous la torture pour l’amener à un état d’apathie où il sera malléable. (texte)

Dans les années 50 Ewen Cameron, un psychiatre américain, abandonnait les méthodes de cure par la parole pour essayer d’agir sur le cerveau et tenter de recréer la personnalité de ses patients. Son but était de déstructurer leur personnalité pour les faire régresser à un état où l’esprit deviendrait une « table rase » à partir de laquelle on pourrait réécrire la personnalité. Pour y parvenir, il utilisait les électrochocs. « Pour déstructurer ses patients, Cameron utilisait un appareil relativement nouveau, le Page-Russell, qui administrait jusqu’à six chocs consécutifs… Frustré de voir ses patients s’accrocher aux vestiges de leur personnalité, il avait recours, pour les désorienter encore davantage, à un arsenal de tranquillisants, de stimulants et d’hallucinogènes… Une fois la déstructuration complète obtenue et la personnalité antérieure effacée de façon satisfaisante… Cameron faisait passer à ses patients des messages enregistrés, comme « Vous êtes une bonne mère et une bonne épouse et les autres se plaisent en votre compagnie ». En bon behaviouriste, il croyait fermement que les patients, s’ils absorbaient les messages figurant sur les bandes enregistrées, commenceraient à se comporter autrement ». Au milieu des années 50 les chercheurs de la CIA s’intéressèrent aux travaux de Cameron et il obtint en 1957 une subvention, d’où sorti l’élaboration d’un manuel de torture.

Au même moment, à Chicago, un universitaire ambitieux et charismatique, Milton Friedman, était en plein ascension. (texte) Son credo, c’était de débarrasser le système économique de toute intervention, de le ramener à un état vierge primordial. En clair : déstructurer les sociétés soumises à une ingérence gouvernementale excessive, pour revenir à un capitalisme pur. Selon lui, pour remettre les pays mal en point, il fallait un traitement de choc, qui devait être l’élément clé de la stratégie politique pour les mener à une libéralisation complète du marché. Pour l’école de Chicago, au sein du libre-marché absolu, les forces de l’offre et de la demande s’équilibrent à la perfection « l’offre influant sur la demande à la manière dont la lune attire les marées ». De son propre aveu, c’est l’amour des chiffres, des belles équations et des systèmes qui  avait attiré Friedman vers l’économie. Et effectivement, la force de l’école de Chicago a été de donner une belle allure théorique à son système, ou pour mieux dire, à son credo. Prémisse de départ : le libre marché est un système scientifique parfait. Problème : inflations ? Chômage ? Solution : le marché n’est pas entièrement libre, il faut le déréguler davantage. Appliquer de manière la plus rigoureuse le credo de base. « Comme toute foi intégriste, la science économique prônée par l’école de Chicago forme, pour ses tenants, une boucle fermée ». (texte)

Et la logique de ce beau système scientifique (texte) ne pouvait que séduire les plus fortunés et les multinationales. En effet, « ce qui est irréfutable, c’est le fait que le libéralisme économique défendu par Friedman et les brillantes stratégies qu’il préconise pour l’imposer procurent à quelques-uns une extrême prospérité et une liberté quasi-totale – laquelle leur permet de contourner les règlements et la fiscalités, de faire fi des frontières nationales et d’accumuler de nouvelles richesses ». « Bien qu’enrobée dans le langage des mathématiques et de la science, la vision de Friedman coïncidait point pour point avec les intérêts des grandes multinationales, qui par nature, se montrent avides de nouveaux marchés déréglementés ».

Il fallait donc répandre la doctrine partout dans le monde et la mettre en œuvre avec des essais grandeurs nature. Par chance (sic) à cette époque de guerre froide, on voyait des communistes, des staliniens partout en Amérique Latine et il fallait engager le combat pour prouver la supériorité du modèle du capitalisme. Les marxistes étaient engagés dans des stratégies de développement mettant l’accent sur la protection étatique des couches sociales les plus défavorisées. Ce qui impliquait un contrôle sévère des ressources et une méfiance vis-à-vis des multinationales du pétrole, des téléphones, de l’agro-alimentaire etc. Il fallait donc pour l’ultralibéralisme éradiquer le développementalisme et ouvrir les marchés. La première expérience de grande ampleur se fit au Chili où l’école de Chicago entreprit de parrainer massivement des étudiants en science économique… afin de les convertir à son orthodoxie.

Mais le contexte politique d’un Chili à gauche n’était pas favorable à l’époque… « La dictature se révèlerait plus accommodante » ! D’où la remarque : Si les théories de Friedman lui ont valu devant le monde le prix Nobel, pour les chiliens, ça a été Pinochet ». 11 septembre 1973 coup d’État. Renversement de Salvador Allende. 36 partisans d’Allende repliés dans le palais présidentiel, 24 missiles lancés contre eux.  Pinochet dans son tank « tenait à ce que l’événement fût aussi spectaculaire et aussi traumatisant que possible… le Chili avait joui de 160 années d’ordre démocratique pacifique, dont les 41 années qui précédaient sans interruption ».

------------------------------ Le choc. Très efficace pour tétaniser toute une nation. Les Chicago boys de Friedman pouvaient jubiler. Ils avaient travaillé d’arrache pied pour imprimer « la brique », une somme de programme économique destinée à la junte et le 12 septembre 1973 tous les généraux qui devaient avoir une fonction gouvernementale en avait un exemplaire

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

 

Questions:

1. Suffit-il de dire de dénoncer la corruption des politiques sans mettre en cause le système dans lequel nous vivons?

2. Dans quelle mesure l'épithète "conspirationniste" doit-elle être considérée comme une injure?

3. Quelles critiques peut-on adresser à la notion de "main invisible"?

4. Entre liberté et licence il y a une différence, comment l'appliquer en politique?

5. On dit souvent que l'argent corrompt, mais la formule de doit-elle pas être précisée?

6. Le libéralisme présuppose-il le darwinisme économique?

7. La paranoïa critique est très difficile à tenir sans tomber dans l'émotionnel, mais n'a-t-elle pas aussi des vertus?

 

Vos commentaires

  © Philosophie et spiritualité, 2011, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index analytique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.