Leçon 238.   Réflexions sur la bêtise   

    Nous disons d’un enfant qu’il « a fait une bêtise » quand il a par exemple cassé un vase, dessiné au feutre sur les murs, ou rayé un disque : c’est une chose qu’il n’aurait pas dû faire, pour laquelle il sera puni, mais qui au bout du compte, quelques temps plus tard nous fait plutôt rire. De la part d’un enfant, c’est plutôt anodin et innocent.

    Mais s’agissant des paroles déplacées ou des actes insensés de la part d’un adulte c’est différent. Laisser un bébé sur un parking dans une voiture en plein soleil pour aller faire les boutiques dans un centre commercial, ce n’est pas anodin ou innocent, c’est de l’inconscience et pourquoi pas, de la ? Nous dirons qu’il faut vraiment avoir une « absence » pour faire des choses pareilles, une sorte d’égarement de l’intelligence. Quand on voit ce que les êtres humains ont fait à leur semblable au XX ème siècle, on est en droit de supposer que la bêtise humaine n’a pas de limite. La pointe de l’accusation est sévère, parce que l’être humain est supposé intelligent et que nous voyons trop souvent qu’il ne l’est pas ; ce qui remet directement en cause le préjugé de notre supériorité sur l’animal qui est supposé ne pas être intelligent,, alors dire d’un individu qu’il est bête, c’est le ravaler en dessous de l'humain. Ce qui est très insultant.

    Or la grande difficulté c'est justement de ne pas tomber dans les travers de l'attaque envers la personne et de l'injure, pour observer ce qu'est la bêtise, sans introduire de condamnation ou d'identification. Nous n’allons pas nous étendre sur la comparaison avec l’animal, elle est très largement fictive. Nous devons plutôt considérer la bêtise en elle-même : ce qu’elle représente, son étendue, ses conditions, sa nature. Qu’est-ce que la bêtise ?  Une tare congénitale ? Un manque de discernement de l’intellect ? Un état résultat d’une sorte de confusion mentale ? Une sorte d’abaissement du seuil de l’intelligence ? Une sorte de conduite mimétique, mécanique complètement irréfléchie ?

*  *
*

A. Quelques distinctions utiles

    Le vocabulaire qui tourne autour de la bêtise est complexe. Afin d’éviter le dérapage dans la condamnation, dans le registre de l’injure, nous écarterons les termes dont la charge émotionnelle est très difficile à manier. Traiter quelqu’un de « con », parce qu’il ne comprend rien à ce que nous avons à lui dire, c’est facile et souvent réciproque, quand l’autre ne se sent pas écouté.  Nous serons toujours le « con » de quelqu’un d’autre si nous ne savons pas écouter et que nous ne voulons pas comprendre. Cela n’explique en rien ce que pourrait être la « connerie » indépendamment de nos attentes, de nos exigences et de nos colères. Donc, laissons tomber le registre émotionnel. Avec un peu d’attention, nous remarquerons que ceux qui usent abondamment de l’injure en parlant de « cons » à tout va ne sont pas loin justement de sombrer dans la « connerie ». Si nous écartons l’émotionnel, au quotidien, ce qui est reste, c’est la sottise, l’idiotie, la stupidité, l’inertie mentale ou l’incompréhension qui nous fait dire de quelqu’un qu’il n’est… pas très futé. Et quand ... pensant qu’il est quasiment impossible ... complètement faux.

    1) Les résultats acquis dans les leçons précédentes nous interdisent plusieurs confusions. Il a été longuement question de la nature de l’intelligence. Nous avons à plusieurs reprises souligné la différence entre l’intelligence et l’intellect. (texte) Conformément à l’étymologie, nous avons vu que l’intelligence porte en elle la capacité de relier une chose à une autre, de voir des liens. On dit qu’un esprit est intelligent quand il est vif et voit très rapidement une relation et nous avons abondamment montré que l’intelligence est présente dans la capacité d’observer avec attention. Celui qui intuitivement ne voit rien, même ce qui est pourtant sous son nez, souffre d’une sorte de cécité de l’intelligence. Il voit peut être avec les yeux du corps, mais pas avec ceux de l’esprit, il ne voit pas avec l’intelligence, ce qui est précisément être intelligent.

    Nous avons examiné à plusieurs reprises la nature de l’intellect. L’intellect est un outil de la pensée, un outil de discrimination, qui permet par analyse de séparer une chose d’une autre. Ceux qui ont l’intellect aiguisé peuvent aller jusqu’à isoler, opposer ce qui est dans la réalité intimement lié, jusqu’à couper les cheveux en quatre et compliquer tout à l’excès, ce qui précipite l’esprit dans l’obscurité. C’est pour cette raison que nous parlions plus haut d’erreur de l’intellect. On peut donc sans contradiction avoir l’intellect très développé et n’être pas très intelligent. Et comme l’intellect déploie toute son envergure dans le champ théorique, celui de l’analyse, il est fort possible qu’un savant muni d’un QI impressionnant soit en hors de son domaine assez idiot. La formation universitaire purement analytique n’est pas faite pour développer l’intelligence. Parce que la démarche analytique découpe en morceaux mais ne donne aucune vision globale synthétique et intuitive. ce qui est l'intelligence même.

    Quand nous parlons de bêtise, nous désignons en fait une sorte d’incapacité à voir ce qui est, à relier, ce qui sous-entend qu’il n’y ait pas d’intelligence, mais qu’elle n’est pas exercée. Ou plutôt, elle est comme rendue muette, plus exactement comme plongée dans la stupeur. Et c’est ce regard inintelligent que l’on appelle stupide. En effet, com-prendre, c’est prendre avec soi, ce qui suppose une intelligence capable d’appréhender ce qui est de manière globale ; (texte) alors apparaît le sentiment d’avoir compris ou d’être sur le point de comprendre. L’intelligence entre en acte. (texte) Mais celui chez qui l’intelligence est comme enténébrée, qui est dit stupide, il n’y a pas de perception de relations, mais seulement des objets séparés : résultat, au lieu que les pièces du monde viennent à s’assembler dans l’esprit comme dans un puzzle, dans l’éclair d’une compréhension, il n’y a de pensée que fragmentaire. Sans vision. C’est parfois très net : dans le regard éteint de celui qui ne comprend rien,  ou à l’inverse dans le regard pétillant de l’enfant, tout excité de voir les liens entre les choses et qui confie enthousiaste ses découvertes à sa maîtresse. De celui-là on dira à juste titre qu’il est éveillé, du premier qu’il est malheureusement endormi. Un autre exemple : dans un roman policier, la différence ... c’est que pour le premier les indices sont séparés, tandis que pour le second, il viennent s’assembler dans une image globale cohérente qui apporte au final la solution de l’énigme.

    Par conséquent, il est impossible de parler d’une « bêtise de l’intelligence », comme on peut parfois le lire ici ou là. Il n’y a de bêtise que de l’intellect borné, d’une pensée aux vues trop courtes dans l’incapacité de comprendre et qui tourne en rond dans des préjugés, en l’absence d’une vision élargie qui serait celle d’une véritable intelligence. Qui pourrait être un aptitude spontanées chez l’être humain. Malheureusement, Jules Renard le disait avec finesse : « bêtise humaine », « humaine » est de trop : il n’y a que les hommes qui soient bêtes ». Parce que la bêtise est dans le mental et le mental est un développement évolutif humain. La bêtise appartient aux limites de la pensée auxquelles elle ajoute l’arrogance d’avoir raison à tout prix.

    Ajoutons enfin, comme nous l’avons montré, que l’intellect peut être très calculateur, ce qui ne le rend pas pour autant intelligent, contrairement à ce que croient la plupart des gens. Spéculer sur les denrées alimentaires au point de ruiner une économie au bout du monde, c’est bien « calculé » pour les profits, mais ce n’est pas intelligent. C’est de la bêtise fanatique. Est intelligent ce qui sert le bien de tous, pas les profits calculés de seulement quelques uns. Ainsi peut on comprendre que des intellects brillants peuvent être complètement aveuglés et corrompus, parce qu’il leur manque la largeur, la profondeur de vue de l’intelligence (texte) et, par-dessus tout,    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ne comprend rien, mais avec un peu d’ego en plus, la sottise comprend tout de travers ! Et en plus le dit haut et fort. Le sot manifeste une volonté obtuse, inadéquate quant au propos et à la situation. Il persiste dans une parfaite inconscience dans un jugement ... en a conscience, sauf le sot lui-même ! Être intelligent c’est être conscient, avoir assez de souplesse pour s’adapter à ce qui est, sans ... Ne pas être raide. Être intelligent implique aussi avoir assez de sens critique pour réexaminer ses propres pensées les re-penser, pour se garder des préjugés. Mais le sot n’a pas la finesse ni la souplesse de l’intelligence éveillée, il n’est pas réfléchi et manque cruellement de sens critique. Il est de fait incroyablement prévisible, car sa rigidité fait qu’on peut à l’avance deviner ses réactions, ses réparties, mille fois resservies. Il est raide dans ses pensées et mécanique dans sa conduite. Et  comme « la sottise ne parle jamais à voix basse », elle est volubile, tandis que l’intelligence pour s’exercer a besoin de l’espace du silence. Le sot est bavard, et toujours à côté de la plaque, il gagnerait à tenir sa langue et à savoir davantage observer pour gagner de l’à propos. Mais s’il y a bien une chose qui lui manque c’est l’à propos, donc la pertinence dans la parole. Et l’à propos est la marque des personnes qui ont de l’esprit, pas des sots.

    Pour le plaisir, voici un extrait des Mémoires d’Alissan de Chazet de 1809 qui fait le portrait du sot et le distingue de la bête:

« Le sot, plus orgueilleux, est aussi plus coupable,
Il est enchanté de son lot,…
Pour être ridicule, il a voulu s’instruire.
Voyez un sot entrer dans un salon,
Comme il se plait, et comme il se fait rire !
C’est la bête à prétention :
Sa malencontreuse mémoire,
Qu’il appelle au secours de ses succès brillants,
Tronque, en faisant un cours d’histoire, les auteurs, les pays, les dates et les temps…
C’est en se bourrant de lecture,
Qu’il est devenu sot parfait.
Tel qu’on voit le gourmand avide entassant mets sur mets…
Manger, manger toujours sans digérer jamais ;
Un sot rempli de suffisance,
Se déclare avec arrogance…
Le sot en grande compagnie parle et ne nous dit rien ; la bête ne dit mot :
On plaint la bête, on fuit le sot.
L’un quelquefois amuse, et toujours l’autre ennuie
 ».

    Nous avons souligné à plusieurs reprises l’importance du monologue de l’ego. Une pensée qui tourne en rond dans l’esprit comme un disque rayé ne peut être intelligente. Elle est plus une compulsion qu’une réflexion. (texte) on peut dire que le sot verbalise à l’extérieur un monologue qu’il pourrait déclore s’il en prenait conscience, s’il écoutait vraiment ce qu’on lui dit. Mais comme le dit Michel Adam dans son Essai sur la bêtise : « Ce qui manque au sot, c’est l’aptitude à la délibération envers lui, la capacité de suspendre sa propre pensée. Dans l’affirmation de toute pensée, il y a une alternative, celle du vrai et du faux. Toute expression sera ambiguë, au sens où celle-ci sera plus ou moins vérace. Or le sot paraît être insensible à cette ambiguïté. Il s’engage dans une énonciation qui pour lui ne fait en rien problème. Une pensée droite est une pensée qui accepte de douter pour se rectifier. Le sot ne soupçonne pas qu’il a besoin d’un minimum de sagacité pour affirmer sa pensée ». (texte) Il affirme, il affirme, il affirme encore ! A la limite, il est plus facile de repousser l’ennemi, de faire voir au méchant sa méchanceté, mais que faire en présence de la sottise ? « Il est pratiquement impossible de prouver au sot qu’il est sot. Si la méchanceté peut s’atténuer, si le méchant peut se lasser de l’être, le sot ne sera satisfait que dans et par sa bêtise ». Il est installé complaisamment dans une inconscience dont il ne peut volontairement s’éveiller, (texte) car justement son intelligence est en sommeil.

B. Une société de la bêtise systémique

    Précisons : vouloir prouver au sot qu’il est sot ne sert à rien, c’est même une sottise de plus. Lui dire qu’il est sot est tout aussi contre-productif, c’est l’insulter et il aura raison, car dans son être il ne l’est pas¸ce sont ses pensées qui sont confuses, obscures ou compulsives, et son esprit qui n’est pas assez ouvert pour y voir clair, clair au point de pouvoir reconnaître la sottise en tant que sottise. Nos pensées nous déterminent, mais nous ne sommes pas nos pensées, nous avons des pensées. Et bien sûr nous devons ... ses pensées, surtout quand elles relèvent de la sottise. Mais si, comme le dit très justement Antoine Gombaut, « la sottise est l’aveuglement de l’âme ", que faire quand toute une société aveugle l’âme et entretient la bêtise?

    1) Mais en quel sens la bêtise pourrait-elle être socialement organisée ? Pas délibérément. Ce serait trop grave, à moins de faire un détour par la contre-utopie nous ne pouvons pas y croire. Il est vrai que 1984 donne une assez bonne image de la bêtise totalitaire organisée. De même, Le Meilleur des Mondes, a beaucoup à nous dire sur la bêtise démocratique d’une société qui prendrait la direction de l’homme augmenté en consignant à vie l’être humain dans l’immaturité. Mais ce sont des romans. Difficile de croire dans une conspiration délibérée de la bêtise alors que depuis Condorcet nous avons vécu dans la célébration du progrès. Notre monde actuel est sorti du siècle des Lumières pas du siècle de la bêtise. L’idée d’une élite privilégiée exerçant  une emprise sur l’humanité pour la maintenir dans la bêtise a tout d’une vision paranoïaque. Elle peut constituer la trame d’un bon roman, mais la réalité, telle que nous la connaissons, est désorganisée, confuses, triviale et pleine de contradictions. Et puis, l’être humain ne peut pas consciemment rechercher la bêtise, même s’il patauge dedans. Et pourtant, dans son inconscience, il est tout à fait capable de mettre en marche des processus qui lui échappent et conduisent invariablement à une bêtise galopante. Nous avons précédemment abordé deux séries d’analyses qui peuvent mener dans cette direction :

    - Nous devrions reprendre ici intégralement ce qui a été exposé à partir du livre de Pierre Thuillier La Grande Implosion. Nous ne pouvons pas le faire dans le détail, donc nous allons nous en tenir à quelques idées importantes. Nous savons que toutes les civilisations sont mortelles. Pour Thuillier, « toute culture naît de certains choix et pour le meilleur et pour le pire, va jusqu’au bout de ces choix », y compris bien sûr la culture occidentale. L’argumentation serrée de Thuillier montre que l’histoire de l’Occident est largement déterminée par le tournant décisif effectué à la Modernité vers la machine, une route qui, suivie à la trace, mène à une déliquescence de la sensibilité et de l’intelligence. « Le délabrement d’une civilisation est d’abord intérieur » et sa manifestation la plus évidente en est que le prétendu civilisé perd toute sensibilité et ses sens sont devenus tellement anesthésiés qu’il a besoin de stimulations émotionnelles de plus en plus fortes pour se sentir un peu exister. Les occidentaux étaient, raconte Thuillier dans une sorte de récit futuriste, « tellement dépourvus de sensibilité que, même pendant les années 1990, ils étaient incapables de penser leur propre devenir autrement qu’en termes platement économiques ou technocratiques ». Paul Valéry avait décrit ce qu’il appelait une forme de débilité : « absence de grands sentiments. Impossibilité de se sentir vivement ». La fin d’une culture se consomme quand la médiocrité est généralisée, que les hommes n’ont plus d’ancrage dans la vie, plus de repères, plus de valeurs, plus de sens du sacré et de la transcendance. Alors l’intelligence semble se retirer, les apparences tiennent encore debout quelque temps, mais l’écroulement se fait de l’intérieur de manière continue tandis que la  bêtise prolifère partout comme une moisissure. On suivra en particulier dans La Grande Implosion la longue étude portant sur le travail technique où l’on voit que délibérément les manufactures dans lesquelles s’est développé le capitalisme industriel comparaient l’ouvrier à un cheval de labour et prenaient soin explicitement de limiter son intelligence. Et nous savons ce qu’il adviendra ensuite avec l’apparition du travail à la chaîne, avec la répartie de Taylor à un ouvrier se plaignant de ne plus parvenir à penser : « vous n’êtes pas payé pour ça ». Bref, il y aurait largement de quoi argumenter une histoire de la bêtise dans le déclin de notre civilisation. Cela s'appelle la décadence. (texte)

    - Nous avons à plusieurs reprises évoqué le livre de Naomi Klein, La Stratégie du Choc, remarquable et accablant par ses preuves, sa précision historique minutieuse démontrant que le capitalisme libéral a sciemment utilisé les situations dans lesquelles un peuple était tétanisé par une événement grave : attentat, catastrophe naturelle, coup d’état, situation de crise etc. Pourquoi ? Pour faire passer des réformes radicales semant par la suite des calamités. L’état de stupeur généralisée qui suit un désastre a été mis à profit de manière très systématique, par exemple pour réduire drastiquement les prérogatives de l’État, faire des coupes dans les régimes sociaux, pour laisser le champ libre aux multinationales dans leur captation des ressources naturelles, leur mainmise sur la main d’œuvre, pour massivement pomper l’argent du contribuable pour renflouer des banques etc. L’état de stupeur prend ici un sens tout à faire remarquable. Il désigne l’emprise de la peur qui paralysant le jugement, permet en sous-main au pouvoir politique et financier de se livrer à toutes sortes de manipulations conformes à leurs propres intérêts. C’est de la psychologie de base : prenez un être humain intelligent et soumettez-le à une peur intense de manière répétée, il sera placé dans un état de réactivité émotionnelle et il baissera la garde de son jugement. Le capitalisme du désastre n’est pas une idée en l’air, mais carrément un stratégie essayée en Amérique Latine avec Pinochet et poursuivie ailleurs par l’école de Chicago, l’ultralibéralisme conduit par Milton Friedman. L’économisme commis-voyageur au service des multinationales. Et si maintenant nous comprenons que la crise économique actuelle a exactement le même effet de créer un état de stupeur, un climat où les volontés sont tétanisées et qu’en plus, nous fonctionnons encore avec le refrain « there is no alternative », alors nous pouvons voir à quel point notre sens critique est bridé. Il n’y a plus qu’à bêtement baisser les bras devant la fatalité et se résigner au pire qui ne manquera pas d'arriver. La bêtise est en marche et nous ne pourrons même plus la voir venir quand elle surgira dans mes propos et les décisions du pouvoir politique. L’austérité et la régression ... l'état de la planète a beau être extrêmement inquiétant, abrutis par une propagande de la peur, nous sommes trop stupides et résignés pour ne serait-ce qu’imaginer un monde différent. Mais attention. Dans une situation pareille la frustration des masses est à son comble et comme elle ne trouve pas d’exutoire, elle se convertit en dépression chronique ___

    2) Dans ce qui suit, nous allons prendre le relais d’une réflexion de Bernard Stiegler face à  l’actualité, le lendemain de la tuerie de Toulouse : « Je crois que cet évènement est d’une extrême gravité, il est accablant, il est sidérant. (..) Je ne suis pas du tout surpris par ce qui s’est passé. D’abord parce que je suis depuis des années d’innombrables évènements semblables dans le monde. Ce n’est pas quelque chose qui surgit d’un seul coup. C’est le déclenchement d’une folie meurtrière et cette folie meurtrière elle appartient à une société qui depuis des années cultive et exploite les pulsions, a mis en place ce que j’appelle moi-même, une bêtise systémique ».

    Il suffit de considérer la dérive de la télévision depuis près de 40 ans pour illustrer très clairement ce que veut dire l’expression bêtise systémique. Bêtise non pas individuelle, mais organisée collectivement, où il semble que tous les processus conspirent dans la même direction, la bêtise. A ses débuts la télévision a été une entreprise affichant clairement des aspirations culturelles. Un peu ronronnante parfois, passablement bourgeoise et soumise au pouvoir politique souvent, mais observant tout de même une ligne de conduite tournée vers l’information et la culture de masse. Sous la pression du marché, l’arrivée massive des télévisions privées a changé la donne et imposé aux médias (les soi-disant radios libres et la télévision) une logique marketing dont la seule préoccupation était l’audimat, imposant ses conditions par le dictat des rentrées publicitaires. C’est ainsi qu’on a vu la télévision s’éloigner de sa  vocation culturelle, pour ne plus avoir d’objectif que de vendre du « temps de cerveau disponible » à des annonceurs. La logique du marché s’imposant partout, le consumérisme  a avalé et digéré peu à peu la totalité des mass medias. Au point que la publicité est devenue la norme de fait sur laquelle se sont alignés toutes les productions médiatiques. Sur la forme, comme sur le fond. Nous avons déjà examiné le conditionnement publicitaire et ses procédés, mais le point important sur lequel insiste Bernard Stiegler, c’est l’émergence à partir de là de ce qu’il appelle la société pulsionnelle.

    Afin de capter l’attention pour la transformer en automatisme d’achat, le marketing a compris depuis longtemps qu’une publicité efficace s’appuie, non sur le comportement rationnel de l’être humain, mais sur ce qui est le plus irrationnel en lui. Et le plus inconscient et le plus primitif c’est la pulsion. L’idée ne date pas d’hier, mais remonte aux années trente directement dans la lignée de Freud. Nous avons vu dans une leçon précédente que les origines du marketing et de la propagande étaient les mêmes, avec ce personnage clé d’Edward Bernays, neveu de Freud, génial inventeur des premières campagnes de pub et théoricien de la manipulation des masses. Bernays a très bien compris le parti qu’il pouvait tirer de l'hypothèse de l’inconscient de son oncle. Il soutenait ouvertement qu’en démocratie il faut contrôler les peuples et rien n’est plus efficace pour obtenir une mainmise complète sur la pensée et les désirs humains que de jouer sur le registre inconscient. Le public, disait-il ne sait pas ce qu’il veut, (il est bête) il élit des hommes intelligent qui sont là pour avoir des idées, décider, choisir à sa place. En matière de consommation, il ne sait pas non plus ce qu’il veut, (il est bête) il doit être orienté par des décideurs intelligent, vers les désirs qu’on lui propose : « Je n’ai de désir que celui qu’on me donne » (c’est une pub qui le dit! ). La stratégie pour créer artificiellement des désirs pour le marché et pour apparier le consommateur aux besoins du capitalisme s’appelle marketing.

    A force d’assimilation de la forme, et du contenu, ce qui va peu à peu s’imposer dans l’opinion, c’est l’idée que le « marketing »… c’est la « communication » ! Communication=marketing. Nous en sommes là. Faire de la com’, c’est chercher à vendre et même à se vendre (comme les prostituées), une idée massivement installé comme évidence, à grand renfort de lavage de cerveau quotidien dans la pub. Au point que le concept même de communication s’identifie avec la technique de vente et n’a plus rien à voir avec l’échange vrai, non-marchand et la culture. (Un bon vendeur vendrait n’importe quoi, c’est un bon « communiquant »). ...le consommateur aime être manipulé, il aime être traité comme un veau. Manipuler le pulsionnel dans la publicité en utilisant constamment et à propos de n’importe quoi l’allusion sexuelle, c’est très vendeur et le consommateur aime Ça. On le sait depuis Bernays ! Or, comme le rappelle Bernard Stiegler, la pulsion, c’est le mécanique en l’homme, l’automatisme, l’étage le plus primitif du cerveau, un plan réactif qui court-circuite le rationnel. L’idéal étant de n’avoir recours qu’au cerveau reptilien. Le sexe tire le sujet vers l’instinctif, le vital; exciter la pulsion en permanence, c’est tirer l’attention, vers ce que Michel Henry appelle « le singe de l’homme ». C’est user ... intelligence et induisent une forme d’hypnose devant l’image, une stupeur qui laisse l’esprit interdit. Stupide. L’attention scotchée à l’écran, avalée dans quelque chose qui bouge, le regard vague, les pupilles dilatées de l’halluciné. Au point que toute une génération élevée à ce régime finira par dire à tout bout de champ « j’hallucine » pour « voir ». Alors même qu’il s’ait non pas d’une vision, mais d’une fascination.

    Le point le plus important pour saisir l’éclipse de l’intelligence c’est l’identification complète à l’image sur un mode hypnotique qui empêche la position de témoin de la conscience. L’extinction des feux de l’intelligence est un préalable à la bêtise. Quand, sans la moindre distance possible, l’être humain est perpétuellement plongé dans un monde factice, il est mentalement préparé pour recevoir, emballées dans un fantasme visuel, des suggestions d’achat. Conditionné et reconditionné à outrance pour un passage à l’acte. Or il faut aussi se souvenir de ce que disait l’oncle Freud. Le vital primitif, le Ça, est un « nœud de vipères où se convulsent des instinct censurés ». Pour Freud, les deux pulsions principales sont la pulsion sexuelle et la pulsion de la violence. Le dernier Freud oppose Éros et Thanatos. Et la pulsion sexuelle de vie et la pulsion de mort de la violence sont inséparables. La fusion hypnotique dans l’image, le massage mental d’un univers de rêve, léché à la perfection, parfait et retouché dans le moindre détail, plus vrai que vrai, c’est de la fabrique d’illusion, mais aussi une formidable capacité à téléguider le sujet dans des conduites mécaniques. Consommer du plaisir primal à travers n’importe quelle consommation, et consommer de la violence primale ne sont pas des processus séparés. Hypersexualisation « culturelle » (?)  et violence sociale ne sont pas dissociables. Mais pour descendre dans le nœud de vipères, il faut éteindre la lucidité et éjecter toute possibilité de réflexion. Pour maintenir le sujet à cet étage de conscience, faire en sorte qu’il ne puisse plus penser, mais seulement dépenser, que son univers mental se réduise à la consommation où tourne en boucle soda, shampoing, sandwich, chips, pizza, voiture etc. Dix mille manières pour devenir une bête à jouir, avec des moyens extrêmement sophistiqués que sont les artifices de la consommation. On le voit, c’est donc avec une implacable logique que la télévision devait produire l’avatar de la télé-réalité où tous ces motifs explosent et se donnent à voir (pour qui sait voir sans l’identification). Stiegler rappelle que dans toutes les civilisations, la fonction de la culture a toujours été de canaliser les pulsions, car c’est à cette conditions seulement que l’être humain peut être social. Or ce que l’Occident a produit c’est une déconstruction de la culture. En excitant les pulsions, il a ouvert la boîte de Pandore où étaient enfermés tous les maux de l’humanité. Quand Éros n’est plus apprivoisé par une culture et que la régression inconsciente est perpétuellement flattée, alors Thanatos n’est pas loin. La pulsion de mort suit à la  trace la pulsion de vie, l’orgie sexuelle et le massacre vont ensemble dans un monde où la bêtise

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier


 

 

Vos commentaires

Ce que raison veut dire (Nouvelles leçons de philosophie t. 23)   © Philosophie et spiritualité, 2014, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index analytique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.